Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘mort’

Les cainris sont trop forts. Pendant que tout le monde se demandait si Ben Laden était vraiment mort et où était sa dépouille, les gars de Disney ont déposé une nouvelle marque, 24h seulement après l’annonce officielle d’Obama. Son nom? Seal Team 6. Oui, comme les nouveaux héros nationaux qui ont abattu le terroriste le plus célèbre du monde. L’opportunisme à son meilleur, l’intelligence commerciale dans toute sa splendeur et avouons-le, la crevardise à l’état brut.

De l’équipe d’élite dont l’existence est niée par le Gouvernement à la série de jouets + peluches + déguisements + jeux vidéos, il n’y a qu’un pas, que Disney a franchi aussi furtivement qu’un commando. Vous pouvez déjà vous préparer à reverser des droits d’auteur la prochaine fois que vous ferez une blague sur Twitter, et à payer 10 euros pour voir The Rock et Miley Cyrus dans « Seal Team 6 Saves Xmas », sur vos écrans en 2012. Nothing personal, strictly business.

Plus d’infos dans cet excellent article

Publicités

Read Full Post »

Il n’y a que deux choses certaines dans ce monde: la mort et les taxes. Et quand on reçoit sa déclaration d’impôts, il devient facile de penser que les deux sont intimement liées. Il paraît que la mort n’est qu’une étape mais qu’importe, tant que personne n’aura livetwitté ce qu’il se passe une fois que tu as rendu ton dernier souffle, le mystère restera entier. Et la peur aussi. J’ai toujours eu du mal avec la notion de mort, avec l’idée que tout s’arrête d’un coup pour toi alors que le monde poursuit sa rotation inexorable, le groupe avance sans attendre que tu aies fini de refaire ton lacet sur le côté de la route. C’est un peu comme une nuit éternelle passée en boule sous la couette parce que tu redoutes le noir, sans jamais pouvoir trouver la lumière, ni même en avoir conscience. En attendant, je ne trouve pas le sommeil, même si je sais que l’humanité compte plus de morts que de vivants et qu’il faut s’en accommoder.

(suite…)

Read Full Post »

La NSA vient de dévoiler la première image de l’exécution d’Oussama Ben Laden: c’est bien Beyoncé qui se serait chargée de l’abattre.

(suite…)

Read Full Post »

Je fais partie de ces gens qui ont joué au basket en plein air avec « Aint No Fun » à fond avant de mettre des Tims et de se briser le cou sur du Wu Tang, malgré leur mise en garde. J’ai longtemps préféré l’été à l’hiver, les mélodies faciles, les barbecues fantasmés et les bandanas qui dépassent de la poche, les 40 oz et les Daytons dorées, l’impression que la mort est plus douce au soleil. Je dessinais des pattes de chien sur chaque page de mon agenda, je rêvais d’un AK-47 tatoué sur le torse et je regardais les chapeaux melon sur la Redoute, persuadé que tout le monde serait jaloux de mon style. Et surtout, j’étais convaincu de maîtriser les couplets de « Regulate » et de chanter exactement comme Nate Dogg, if you smoke like I smoke, then you high like everyday.

Hier encore, il n’était qu’un chanteur devenu muet, dont on se moquait comme de Christopher Reeve dans les rares moments où on repensait à lui, trop occupés à encore fêter la disparition de Biggie. Loin des oreilles, loin du coeur, jusqu’à ce que les Internets se transforment en mémorial numérique où tous comparent leur connaissance de la discographie de Nate Dogg dans un concours de kilobits qui frise l’indécence. Sans son décès aujourd’hui je n’aurais pas réécouté ses morceaux dont ce remix extraordinaire de « Regulate » avec Michael McDonald que je n’avais que sur cassette, je ne me serais pas souvenu des filets en fer sur les paniers métalliques, des Fila Grant Hill et des 306 cabriolets vertes, qui nous transportaient en un clin d’oeil sur Crenshaw Boulevard. Alors plutôt que de pleurer sa mort et d’enterrer avec lui la naïveté de mon premier amour, je préfère me dire qu’il a pris exemple sur Malabar et Groquik, et qu’il est parti en vacances sur une île lointaine. Remplie de palmiers, de filles en monokinis et d’herbe bien verte. Après tout, il doit bien exister un paradis pour les gangstas.

Read Full Post »

Leslie Nielsen est mort aujourd’hui. Suivi de peu par Irvin Kershner. A ce rythme, il ne restera plus grand chose de notre enfance dans pas longtemps. Et lorsque nos idoles ne sont pas mortes, on ne peut rien faire d’autre que se moquer de ce qu’elles sont devenues, de leurs liftings mensuels ou de leurs come back désespérés. Car elles ne comprennent pas que contrairement à ce que l’on croit, la VHS a enregistré une bien meilleure image que le Blu-Ray. On râle tout le temps pour rien, on s’attarde sur les différences entre les Jordans rééditées et celles de l’époque, au lieu de profiter de ce bout d’innocence retrouvée. On s’évertue à expliquer à la nouvelle génération que leurs dessins animés ne font pas le poids face à ceux qui nous ont fait vénérer le mercredi, et on s’arrache les cheveux quand on se rend compte qu’ils ne connaissent pas la moitié des films qui ont inspiré leur références. On devient ce cousin gâteux qui a la trentaine et semble déconnecté de la réalité actuelle, qui te met en garde contre les conneries et t’engueule quand tu n’as pas eu la moyenne, les études c’est important, t’auras tout le temps de t’amuser quand tu seras plus vieux. Mais tu auras aussi le temps de voir tes héros mourir l’un après l’autre, enterrés dans un coin de ta mémoire. Ca doit être ça, être adulte.

Read Full Post »

Il m’arrive souvent de penser que je suis déjà mort. Pas comme dans Ken le Survivant non, mais plutôt comme dans Sixième Sens ou Les Autres, et désolé si je vous ai spoilé la fin du film mais c’est votre faute après tout, fallait les regarder avant. Comme si je déambulais au milieu de tout le monde, en étant le seul qui ne sait pas encore qu’il n’appartient déjà plus à cette réalité. Tout ça à cause de cet accident.

(suite…)

Read Full Post »

Le dernier vestige d’une Coupe du Monde que la France s’est empressée d’effacer de sa mémoire, vient de s’éteindre. Paul le Poulpe, visionnaire adulé par certains ou génie incompris par d’autres, vient de donner sa dernière prévision et tire sa révérence en silence, ce 26 octobre 2010.

Les meilleurs partent toujours les premiers et celui que beaucoup considèrent comme l’icône maritime du 21ème siècle (au même titre que Bob l’Eponge), restera dans la mémoire des amoureux de foot et de destins extraordinaires. Et il y a fort à parier que son nom résonnera encore longtemps dans les discussions de comptoir et autres vannes vaseuses.

Et à ces parieurs justement, qui se sont arrachés les cheveux à cause de ses pronostics hors du commun, l’oracle d’Oberhausen a tenu à adresser un dernier message: il vous l’a bien mis dans le cul. Ciao l’Artiste.

(hautement NSFR)

(suite…)

Read Full Post »

Older Posts »