Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Lifestyle’ Category

Quand tu liras ces lignes, la barre du million de vues sera déjà derrière nous. Même si j’ai longtemps réfléchi à quoi écrire dans cette situation, tout est arrivé trop vite, et je suis pris au dépourvu tel une femme de ménage new yorkaise. Je voulais faire des montages vidéos ambitieux avec « A Milli » de Lil Wayne et le « Millionnaire » de Philippe Risoli, mais finalement je me suis abstenu comme aux cantonales. Je rêvais d’un discours façon TED dans lequel j’expliquais vouloir faire mon premier million avant mes 25 ans, mais comme les bonnes choses récompensent ceux qui savent attendre, j’ai décidé d’arriver quelques années en retard. Et je me retrouve planté là, avec l’impression que le micro est branché et que tout ce qui sort des enceintes, c’est le silence qui grésille. Alors tout ce que j’ai envie de faire, c’est te remercier. Toi, qui es là depuis le début. Toi, qui RT mes liens les plus nuls, qui likes mes posts sur Facebook, qui reprends mes blagues dans tes statuts. Toi, qui commentes sans rien attendre en retour et toi, qui lis sans jamais commenter. Toi, qui m’as donné envie d’écrire. Toi, qui m’envoies des textos pour avoir un debrief de chaque Edito. Toi, qui m’as ajouté dans tes favoris. Toi, qui réclames plus de fesses et moins de phrases. Toi, qui dois refaire l’interface de mon blog et qui ne réponds pas à mes messages. Toi, qui comprends et respectes ma démarche. Toi, qui as apprécié mon article au point de cliquer sur « J’aime ». Toi, qui ris, pleures et lèves les bras au ciel avec moi. Toi, qui sais faire la part des choses. Toi, qui m’as poussé à me lancer. Toi, que je n’aurais peut être jamais connu. Toi, qui me laisses respirer lorsque l’inspiration s’écroule comme Frazier face à Ali. Toi, qui m’as cité sur ton blog, m’a proposé d’y participer, m’as fait une place au milieu de ta blogroll. Toi, qui m’as ouvert l’esprit et fais découvrir de nouveaux horizons. Toi, qui as lu plus de 1400 posts en un seul weekend. Toi, qui m’as prouvé que tout était possible, qu’il suffisait parfois de vouloir et oser. Toi, qui m’a demandé où acheter des paires de Jordan. Toi, qui te perds entre les lignes. Toi, qui m’inspires sans même le savoir. Et toi, qui as pris le temps de lire ces quelques mots. Merci. Un million de fois.

Read Full Post »

Tous les gens qui font de la course à pieds vous le diront: il arrive un moment, en général au bout de 20 minutes, où tes jambes se coupent, où le goût du sang envahit ta bouche, où tu t’étouffes plus que tu ne respires. Deux solutions s’offrent à toi: abandonner, arrêter de courir et essayer de reprendre une respiration normale, ou t’accrocher et continuer. C’est un peu pareil pour l’écriture. Stephen King conseille d’écrire tous les jours 2000 mots, quoi qu’il arrive, quelle que soit leur qualité. Même lorsque tu voudrais rester affalé sur le canapé, l’ordinateur à portée de main, la télé allumée et le BBM en surchauffe. Il n’y a pas de secret pour obtenir des résultats. Les victoires masquent les heures de sueur, mais ce n’est pas une raison pour penser qu’elles n’existent pas. N’oublie jamais la Règle des 10 000 heures. Remets toi en question, écoute tes lecteurs, sans pour autant chercher à leur fournir ce qu’ils attendent de toi. Tu ne sais jamais ce qu’il peut sortir et quel sera le résultat, un pavé maladroit ou un enchaînement fluide. Et c’est toute la magie de la chose. Regarde les phrases se former, bouscule les, observe les grandir et t’échapper. Ne laisse pas les défaites t’anéantir, et ne pense pas être invincible à la première victoire. Tue la monotonie à la moindre occasion. Enfonce tes doigts sur les touches comme si c’était ta propre gorge, vomis les mots jusqu’à épuisement. Relève les yeux, ne reste pas concentré sur tes traces présentes ou passées, seul compte le chemin qu’il reste à parcourir. Continue. La ligne d’arrivée est encore loin.

Read Full Post »

Je n’ai jamais cru aux histoires de petite souris qui se glisse sous ton oreiller pour remplacer une dent de lait par une pièce de 10 francs. Premièrement parce que ma mère ne laisserait jamais une souris se balader librement dans sa maison, une bonne souris est une souris morte, de préférence les os brisés par un piège artisanal, poussant son dernier râle entourée de bouts de fromage écrasés. Et surtout, pour avoir contribué à creuser un peu plus le fameux trou avec des années de galère chez l’orthodontiste, je peux affirmer que ce n’est pas un rongeur malicieux qui se charge de te consoler avec une pièce, mais bien la CPAM de ton département. Je fais partie de ceux à qui on a greffé tous les appareils possibles et imaginables, et dont la calvaire a duré une éternité. Il faut dire qu’en revoyant des photos de ma dentition d’enfant, j’ai réalisé qu’elle était plus proche de celle d’un requin que de celle d’un humain. Deux rangées de dents, certaines poussant au milieu de la gencive, des canines aiguisées comme une lame pointues comme un couteau, et des incisives qu’on pourrait confondre sans problème avec des chewing gum Freedent.

(suite…)

Read Full Post »

Il n’y a que deux choses certaines dans ce monde: la mort et les taxes. Et quand on reçoit sa déclaration d’impôts, il devient facile de penser que les deux sont intimement liées. Il paraît que la mort n’est qu’une étape mais qu’importe, tant que personne n’aura livetwitté ce qu’il se passe une fois que tu as rendu ton dernier souffle, le mystère restera entier. Et la peur aussi. J’ai toujours eu du mal avec la notion de mort, avec l’idée que tout s’arrête d’un coup pour toi alors que le monde poursuit sa rotation inexorable, le groupe avance sans attendre que tu aies fini de refaire ton lacet sur le côté de la route. C’est un peu comme une nuit éternelle passée en boule sous la couette parce que tu redoutes le noir, sans jamais pouvoir trouver la lumière, ni même en avoir conscience. En attendant, je ne trouve pas le sommeil, même si je sais que l’humanité compte plus de morts que de vivants et qu’il faut s’en accommoder.

(suite…)

Read Full Post »

Le problème quand il commence à faire chaud, hormis le fait que tu sues comme Ellen parce que tu as pris une veste en pensant qu’il ne faisait pas si beau dehors, c’est que les gens se sentent obligés de faire prendre l’air à leurs pieds. Chaque année ça rate pas: au moindre rayon de soleil, les chaussures ouvertes et les strings pour orteils envahissent les rues et fissurent les rétines fragiles. Au risque de passer pour un fétichiste, j’avoue accorder une importance primordiale aux extrémités: mains, pieds (oreilles et seins aussi). Et même si on est loin d’être tous égaux en terme de forme, et je sais de quoi je parle vu que mes orteils s’apparentent à des Tamagotchis, l’hygiène reste à la portée de tous. Elle devrait même être obligatoire, avec une machine installée à côté de ta porte d’entrée, qui t’empêche de sortir si tu as des serres de condor sauvage au bout des jambes. Et qui inflige une peine de prison ferme à ceux qui ont tellement de champignons sous les ongles qu’on croirait la sacoche d’un dealer en free party. Alors si tu le fais pas pour toi, pense aux autres, à tous ces petits bébés nés pas loin de Fukushima qui rêveraient d’avoir le même nombre de pieds que toi, et d’en prendre soin régulièrement. Et n’oublie pas: changer le monde commence par se changer soi même. Et par se laver accessoirement.

Read Full Post »

A chaque fois c’est la même conversation, les mêmes questions, les mêmes réponses. Le même dialogue de sourds. Du cousin de 11 ans à la tante de 55, impossible d’y échapper. Comment expliquer à des gens dont le cerveau a été lobotomisé par des reportages M6 qui promettent des millions de pétro-dollars à la moindre page web ou qui diabolisent Facebook, que ce n’est pas si simple? Synthétiser ses arguments pour les rendre compréhensibles, faire un cour magistral sur la création d’un site web (non, il n’y a pas de rapport avec une adresse mail), évoquer les possibilités de monétisation sans trop entrer dans les détails, expliquer le système de recommandation et l’avènement de l’ère Facebook après l’ère Google, en utilisant des exemples qui parlent à tous. Et tout en continuant de manger la cuisse de poulet qui refroidit dans l’assiette.

(suite…)

Read Full Post »

Si la vie n’était qu’un film, les crédits de fin ne seraient pas aussi longs, et on attendrait tous de voir s’il y a vraiment une séquence cachée avant que le rideau ne se ferme définitivement. On apprendrait à se relever après chaque bide commercial, on ferait moins confiance aux bandes annonces parce qu’un trailer est toujours plus efficace qu’un long métrage, et la franchise serait un éternel problème. Si la vie n’était qu’un film, les images en HD seraient aussi rares qu’une bonne performance de Frédéric Diefenthal, et les objectifs se noieraient dans le flou au moment de faire le point. Elle ressemblerait à une vidéo qui pixelise sur un ordinateur en plein écran, entre un pop up porno et un bouton « Partager avec mes amis », au rythme des coupures à répétition dues au débit insuffisant. Si la vie n’était qu’un film, on crierait à l’exagération des scénaristes, on rêverait d’une existence imaginée par Lucas ou Sorkin, coincés entre un dialogue d’Apatow et Smith, les yeux rivés sur le prochain blockbuster Mavel. Les gentils gagneraient toujours à la fin, traversant les flashbacks sans encombre, trouvant un souffle nouveau à chaque rebondissement destructeur. On passerait de casting en casting, sans maquillage ni effets spéciaux, prêt à tout pour avoir le droit d’approcher l’actrice principale, surtout à coucher avec la plupart des pseudo assistantes présentes sur le chemin. On accumulerait les spin off en quête d’éternité, tentant vainement d’éviter que les personnages familiers disparaissent, un oeil sur les rush et l’autre sur le compteur qui défile inlassablement. Si la vie n’était qu’un film, personne ne saurait vraiment qui le réalise, trop occupés à tenter de deviner qui joue notre rôle.

Read Full Post »

Older Posts »