Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘été’

Le problème quand il commence à faire chaud, hormis le fait que tu sues comme Ellen parce que tu as pris une veste en pensant qu’il ne faisait pas si beau dehors, c’est que les gens se sentent obligés de faire prendre l’air à leurs pieds. Chaque année ça rate pas: au moindre rayon de soleil, les chaussures ouvertes et les strings pour orteils envahissent les rues et fissurent les rétines fragiles. Au risque de passer pour un fétichiste, j’avoue accorder une importance primordiale aux extrémités: mains, pieds (oreilles et seins aussi). Et même si on est loin d’être tous égaux en terme de forme, et je sais de quoi je parle vu que mes orteils s’apparentent à des Tamagotchis, l’hygiène reste à la portée de tous. Elle devrait même être obligatoire, avec une machine installée à côté de ta porte d’entrée, qui t’empêche de sortir si tu as des serres de condor sauvage au bout des jambes. Et qui inflige une peine de prison ferme à ceux qui ont tellement de champignons sous les ongles qu’on croirait la sacoche d’un dealer en free party. Alors si tu le fais pas pour toi, pense aux autres, à tous ces petits bébés nés pas loin de Fukushima qui rêveraient d’avoir le même nombre de pieds que toi, et d’en prendre soin régulièrement. Et n’oublie pas: changer le monde commence par se changer soi même. Et par se laver accessoirement.

Publicités

Read Full Post »

Je fais partie de ces gens qui ont joué au basket en plein air avec « Aint No Fun » à fond avant de mettre des Tims et de se briser le cou sur du Wu Tang, malgré leur mise en garde. J’ai longtemps préféré l’été à l’hiver, les mélodies faciles, les barbecues fantasmés et les bandanas qui dépassent de la poche, les 40 oz et les Daytons dorées, l’impression que la mort est plus douce au soleil. Je dessinais des pattes de chien sur chaque page de mon agenda, je rêvais d’un AK-47 tatoué sur le torse et je regardais les chapeaux melon sur la Redoute, persuadé que tout le monde serait jaloux de mon style. Et surtout, j’étais convaincu de maîtriser les couplets de « Regulate » et de chanter exactement comme Nate Dogg, if you smoke like I smoke, then you high like everyday.

Hier encore, il n’était qu’un chanteur devenu muet, dont on se moquait comme de Christopher Reeve dans les rares moments où on repensait à lui, trop occupés à encore fêter la disparition de Biggie. Loin des oreilles, loin du coeur, jusqu’à ce que les Internets se transforment en mémorial numérique où tous comparent leur connaissance de la discographie de Nate Dogg dans un concours de kilobits qui frise l’indécence. Sans son décès aujourd’hui je n’aurais pas réécouté ses morceaux dont ce remix extraordinaire de « Regulate » avec Michael McDonald que je n’avais que sur cassette, je ne me serais pas souvenu des filets en fer sur les paniers métalliques, des Fila Grant Hill et des 306 cabriolets vertes, qui nous transportaient en un clin d’oeil sur Crenshaw Boulevard. Alors plutôt que de pleurer sa mort et d’enterrer avec lui la naïveté de mon premier amour, je préfère me dire qu’il a pris exemple sur Malabar et Groquik, et qu’il est parti en vacances sur une île lointaine. Remplie de palmiers, de filles en monokinis et d’herbe bien verte. Après tout, il doit bien exister un paradis pour les gangstas.

Read Full Post »

Chaque année, Supreme sort des accessoires improbables en plus de sa collection classique. Après le ballon de foot US et le nunchaku, cette fois ci on a droit au pistolet à eau, l’outil indispensable pour se rapprocher d’une meuf l’été. Je te tire dessus innocemment pour que ton T-Shirt colle à ta peau, tu fais semblant de te plaindre alors que ce n’est que de l’eau et qu’il fait 50°, on se bat comme deux gamins et hop, tu tombes dans le piège, summer love comme dirait Justin Timberlake. Ou tu peux aussi les remplir d’alcool et te bourrer la gueule avec tes potes après une série de duels ambiance farwest, au choix. Bang bang.

Read Full Post »

Je crois que j’ai toujours préféré l’hiver. Ou du moins, les saisons où il fait froid. Ca peut paraître bizarre parce que je déteste avoir la gorge prise et le nez qui coule, et je pourrais m’amputer sur place les jours où mes pieds sont humides à cause de la pluie et glacés à cause du vent. Et pourtant, je me sens mieux en automne qu’au printemps, ça doit être mon côté gris. Mais à bien y réfléchir, ça paraît logique en fait. Ya qu’à regarder les gens dans la rue. Je reste convaincu qu’il est plus facile d’avoir un style au top lorsqu’il gèle, sans parler du fait que tu peux rajouter des épaisseurs quand tu as trop froid, mais que tu ne peux pas enlever tous tes habits et ta peau quand tu as trop chaud. En plus, je fais partie de ces gens qui préfèrent 1000 fois une fille avec un jeans serré et des petites Jordans ou un gros pull chaussette gris par dessus un leggings et des bottes, qu’une fille avec un short en jeans et des sandales ouvertes qui laissent apparaître une pédicure hasardeuse. Et puis un sourire discret dissimulé derrière une écharpe volumineuse, ça vaut tous les décolletés du monde. Enfin, une grande partie.

(suite…)

Read Full Post »

(suite…)

Read Full Post »

S’endormir en caleçon avec la fenêtre entrouverte pendant que le soleil devient doux, baver sur le coussin et se réveiller devant le best of du Petit Journal. Rester assis sur un banc à manger une glace, regarder les gens passer, sentir son crâne chauffer et les lunettes fumées glisser à cause du nez qui transpire. Discuter pendant des heures sur les marches en bas de l’immeuble, voir les ados revenir de soirée la chemise déchirée et pleine de vomi, éviter l’arrosage automatique qui s’allume et écouter l’obscurité. Ne pas courir pour sauter dans la rame pendant que la sonnerie retentit, s’asseoir entre les petits vieux et les mamans qui vont au parc en espérant pouvoir respirer un peu pendant que les gosses se roulent dans l’herbe, regarder les stations défiler à travers la vitre sale. Troquer son sac à dos contre des sachets de grands magasins et contre des sacs poubelle pour faire un peu de place, c’est plus possible là. Poser sa tête sur des cuisses en mini short ou un gilet en boule, checker les updates Twitter et valider des commentaires, une canette de Dr Pepper à la main. Manger du pop corn et des M&M’s, sortir de la salle de ciné alors qu’il fait encore jour, débattre pendant des heures pour comprendre qu’au final, la toupie qui tombe ou pas, ce n’est pas le plus important. Regarder la rediffusion d’émissions débiles, celle de 3h du mat’ que personne ne voit, commander des paires de baskets sur un site cainri en écoutant la meilleure histoire d’hospitalisation du monde, reprendre une gorgée de RedBull parce qu’il faut encore qu’on le ramène en voiture avant de rentrer. Finir son édito à 15h, mais attendre un moment avant de le poster parce que ça fait peur de se dire que c’est déjà le weekend. Regarder les heures passer, vivre au ralenti tant qu’on le peut. Septembre est encore loin.

Read Full Post »

[Dailymotion id=xdynt9]

Il n’y a pas grand chose de marrant à dire en fait, le clip et le morceau se suffisent largement à eux mêmes. Et même si je comprends la volonté de Bouga, qui essaie de faire comme Mac Tyer avec « Ha! Ha! Ha! » en sortant un morceau de l’été pour voyoux trentenaires qui veulent s’amuser mais ont honte de bouger sur du David Guetta, je ne peux pas cautionner cette merde electro infâme produite par Sya Styles (DJ des Psy4), ambiance Big Ali des mauvais jours.

Encore plus quand on voit qu’ils ont fait de réels efforts et qu’ils ont essayé d’être drôles, décalés mais propres. Mais les gars, c’est pas parce que vous prenez un 5D Mark II et que vous vous filmez au soleil en train de faire les cons que vous aurez une belle vidéo, ça se saurait sinon. Alors forcément, une question se pose face à cette horreur musicale: où sont les bons directeurs artistiques?

Read Full Post »

Older Posts »