Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘peur’

Il n’y a que deux choses certaines dans ce monde: la mort et les taxes. Et quand on reçoit sa déclaration d’impôts, il devient facile de penser que les deux sont intimement liées. Il paraît que la mort n’est qu’une étape mais qu’importe, tant que personne n’aura livetwitté ce qu’il se passe une fois que tu as rendu ton dernier souffle, le mystère restera entier. Et la peur aussi. J’ai toujours eu du mal avec la notion de mort, avec l’idée que tout s’arrête d’un coup pour toi alors que le monde poursuit sa rotation inexorable, le groupe avance sans attendre que tu aies fini de refaire ton lacet sur le côté de la route. C’est un peu comme une nuit éternelle passée en boule sous la couette parce que tu redoutes le noir, sans jamais pouvoir trouver la lumière, ni même en avoir conscience. En attendant, je ne trouve pas le sommeil, même si je sais que l’humanité compte plus de morts que de vivants et qu’il faut s’en accommoder.

(suite…)

Read Full Post »

Mieux qu’une vidéo de 24min sur Dailymotion qui enchaîne les théories bancales, mieux qu’un fichier Text Edit de 65 pages qui détaille des milliers de coïncidences qui n’en sont pas, mieux qu’un énième débat sur le clip « Téléphone » de Lady Gaga, mieux qu’un pendentif en or avec l’Oeil d’Aldébaran, mieux qu’un roman de Dan Brown, mieux qu’un pliage improbable d’un billet d’un dollar, mieux que l’apocalypse révélée par l’addition de 3 dates divisées par 2 sans compter le décalage horaire: le T-Shirt Your favorite rapper is in the Illuminati, qui est évidement déjà sold out partout. Encore un coup des partisans d’un Nouvel Ordre Mondial, c’est sûr.

Read Full Post »

J’ai téléchargé un test de QI il y a deux semaines. J’ai toujours pas osé le faire. Ce n’est pas tant la peur du résultat en lui même qui me freine, mais plus ce qu’il risque d’impliquer. Tant que je ne sais pas, je n’y pense pas, je ne m’identifie ni à Minus ni à Cortex. Imaginons que j’ai un QI faisant de moi un génie: je vais devenir détestable, exécrable, imbu de ma personne, avant de me taper la tête contre les murs en me disant que je végète alors que je pourrais diriger l’univers, au moins. Idem si je découvre officiellement que je suis un débile profond: humeur impossible, crise de confiance, tête tapée contre un mur parce que je végète alors que je pourrais entraîner mon cerveau avec le Docteur Kawashima. Dans les deux cas, je suis fait comme Clochette (jeu de mot qui laisse penser que l’éventualité du QI proche de 12 est la plus probable). Et puis c’est bien de ne pas savoir, c’est Mario Winans qui l’a dit. La vérité fera de vous des hommes libres, mais aussi des hommes tristes. Je préfère imaginer, douter, deviner la mer dans la goutte d’eau. La théorie est toujours magique, la pratique souvent sale. Alors oui, le risque est de ne vivre qu’à moitié, éternellement coincé en terre du milieu sous l’oeil de Sauron, naviguant entre lâcheté et besoin de se préserver. Mais je fais partie de ceux qui se satisfont de voir la porte dans un coin de cette vaste pièce, si proche qu’on peut l’effleurer, sans pour autant décider de la franchir un jour. Comme un animal en cage qui sait qu’il peut s’évader à n’importe quel moment, mais que le monde derrière ces grillages n’est pas forcément plus intéressant. Continuer d’avoir un endroit auquel rêver parce que dans le fond, le voyage est parfois plus important que la destination.

Read Full Post »

J’ai toujours eu du mal avec les hôpitaux. Comme tout le monde en fait, vu que ce n’est pas le premier endroit qui vient à l’esprit quand on pense à partir en vacances. J’ai la chance (jusqu’à présent) d’avoir passé peu de nuits entre des draps désinfectés qui sentent le vieux incontinent, mais chaque passage a été anthologique. Parce que forcément, tomber sur le seul interne serbo-turc qui ne parle que deux mots de français (en l’occurrence « oui » et « non ») et te renvoie chez toi sans broncher alors que ta main ressemble aux gants en mousse énormes qu’on voit dans les stades de foot US, ça n’arrive qu’à moi. J’ai aussi eu la chance d’expérimenter les techniques barbares d’arrachage de dents de sagesse. Aujourd’hui c’est devenu une opération plus légère qu’un string originaire de Copacabana, mais à mon époque c’était nuit à l’hosto + mâchoire de hamster + traces violettes sur les joues pendant 2 semaines. Quand je me suis réveillé dans mon lit après 3 heures d’opération, j’arrivais pas à parler, et j’ai du cracher les 2 litres de sang accumulés dans ma bouche. Imagine lorsque tu écrases un moustique qui vient juste de te piquer, multiplie par 1000 et tu as une vague idée de ce dont je parle. Il parait que mon cousin a galéré lui aussi après son intervention, mais on n’est pas arrivé à temps pour le voir de nos propres yeux.

(suite…)

Read Full Post »

Tu ne peux pas réellement apprécier une salle de bain tant que tu n’as pas vécu en Cité U. Ou en prison. Pour ceux qui ont la chance d’avoir eu un endroit décent où vivre pendant leurs études, il faut que vous sachiez qu’il existe des endroits où la douche et les toilettes sont regroupés dans une pièce au fond de ce couloir qui sert d’étage. Crasseuse et ultra humide en général, d’où le réflexe de se doucher avec des claquettes et d’utiliser une lunette personnelle, pour éviter les champignons. Dans la plupart des cas, il y a également une cuisine commune juste en face. Ce qui signifie que le temps que tu fasses cuire tes pâtes, tu as potentiellement vu toutes tes voisines avec une serviette autour des seins et une autre autour des cheveux, et ton voisin a flingué toutes les senteurs de tes épices en brisant la cuvette avec une crotte titanesque. Quand tu as la chance de ne pas avoir les bruits en même temps. Les joies de la cohabitation forcée quoi.

(suite…)

Read Full Post »

Je suis devenu un vieux con plus vite que je ne le pensais. Alors que tout le monde ne jure que par le streaming, l’espace de stockage en ligne personnalisé et que mon petit cousin me demande à quoi ça sert d’avoir autant de mémoire sur un iPad parce qu’il ne la remplira jamais, je m’accroche à mes vieux réflexes et je continue d’aduler mes gigas fièrement acquis. J’ai encore des dizaines de dossiers qui bouffent la majorité de mon disque dur et débordent de fichiers mal classés, d’albums que je n’écoute plus depuis des années et de millions de photos dont j’avais oublié jusqu’à l’existence. Mon ordinateur rame et mon disque dur externe est un peu mon Graal à moi, avec un back up que je chéris plus que ma vie, sans parvenir à en deviner ni le contenu ni l’intérêt précisément. Le monde va trop vite, je suis encore dans une logique archaïque et je manque d’arguments pour ne pas changer. La prochaine fois que j’irai chez ma grand-mère et que je verrai son frigo plein à craquer de plats cuisinés conservés dans des tupperwares qui font la taille d’un saladier, comme si la guerre allait éclater demain et que les supermarchés prévoyaient une rupture de stock irrémédiable, je ne lui ferai aucune remarque. Les temps changent, pas les habitudes.

Read Full Post »

Le lundi matin c’est toujours chiant (si tu me crois pas demande à Garfield), t’as les yeux encore collés du weekend et une semaine interminable devant toi, et rien à quoi te raccrocher. A la limite le mardi tu te dis que le lendemain c’est mercredi, soit le milieu de la semaine, soit bientôt la fin de la semaine, des conneries palliatives quoi. Mais le lundi, rien. La loose. Et si en plus tu prends le métro et que tu te retrouves à 30cm de l’un de ces fameux colis suspects dont tu remettais l’existence en question jusqu’à présent (un peu comme les foutus « voyageurs malades », qui sont invisibles mais te foutent 45 min de retard dans les dents), crois moi, le lundi se révèle être une journée de merde.

(suite…)

Read Full Post »

Older Posts »