Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘équipe’

Les cainris sont trop forts. Pendant que tout le monde se demandait si Ben Laden était vraiment mort et où était sa dépouille, les gars de Disney ont déposé une nouvelle marque, 24h seulement après l’annonce officielle d’Obama. Son nom? Seal Team 6. Oui, comme les nouveaux héros nationaux qui ont abattu le terroriste le plus célèbre du monde. L’opportunisme à son meilleur, l’intelligence commerciale dans toute sa splendeur et avouons-le, la crevardise à l’état brut.

De l’équipe d’élite dont l’existence est niée par le Gouvernement à la série de jouets + peluches + déguisements + jeux vidéos, il n’y a qu’un pas, que Disney a franchi aussi furtivement qu’un commando. Vous pouvez déjà vous préparer à reverser des droits d’auteur la prochaine fois que vous ferez une blague sur Twitter, et à payer 10 euros pour voir The Rock et Miley Cyrus dans « Seal Team 6 Saves Xmas », sur vos écrans en 2012. Nothing personal, strictly business.

Plus d’infos dans cet excellent article

Read Full Post »

Avril 2011. Grâce au nuage radioactif japonais qui n’a pas traversé le ciel français, une nouvelle race de superhéros a vu le jour: des êtres humains ordinaires, qui le sont restés. On rapporte qu’un lycéen parisien est ainsi devenu le 11ème meilleur élève de sa classe, et il y a de fortes chances pour qu’il obtienne son bac à l’âge de 18 ans. Lui ouvrant la voie royale de la faculté, du redoublement en première année et des rattrapages en septembre pour valider sa licence. Dans le sud de la France, un pompier volontaire a vu sa force stagner, lui permettant de faire 25 pompes et 10 tractions après un bon échauffement. Sa corpulence a été modifiée par la surconsommation de bières après le travail, et il serait désormais en mesure d’escalader des murs pas très hauts ou des grillages aux mailles larges. En Bretagne, un retraité serait capable d’ouvrir les portes automatiques en s’approchant d’elles, d’atteindre l’étage supérieur en restant immobile sur un escalator ou encore d’éteindre un micro ondes simplement en le regardant, une fois le minuteur proche de zéro. Suite à une violente migraine provoquée par une colère excessive, il aurait même mis son ordinateur en veille sans le toucher pendant plusieurs minutes.

(suite…)

Read Full Post »

Depuis combien de temps connais tu tes amis les plus proches? Lorsque tu regardes autour de toi, que tu fais la liste des gens que tu côtoies régulièrement et à qui tu racontes tes secrets, combien te connaissent depuis l’âge où tu n’avais pas honte de te balader avec un pantalon troué au genou? Qui garde tes arrières, tu gardes les siens, pas de marche arrière? Quand j’y pense, je me rends compte que je n’ai pas de meilleur pote, juste des frères, que je considère comme s’ils étaient de mon sang. Des gens que mes parents ont vu en pyjama la tête à l’envers un lendemain de galère, à qui je donnerai les clés de chez moi sans hésiter et pour qui je me mettrais dans des situations loin d’être légales, sans le moindre regret. Avec qui on se comprend sans se parler, et sans se lire. Qui te balancent la vérité sans te ménager, parce que la diplomatie est un luxe réservé à ceux qui sont trop amicaux pour être sincères. Des gens qui pourraient briser ma vie s’ils révélaient le tiers de ce qu’ils savent sur moi, mais qui briseraient leur vie pour que cela ne se sache pas. Des gens qui passent avant tout, même avant un Edito. Ce soir, c’est l’anniversaire de l’un d’entre nous, alors autant dire que c’est un peu notre anniversaire à tous, même si en fin de soirée un seul repartira avec une nouvelle paire de Jordans. Il n’y aura pas de virée en club, pas d’épouse, ni d’addition à séparer en parts égales pour l’inviter. A peine un gâteau et quelques bougies, des vannes en open bar, des enceintes de studio qui vont déchirer le silence de la nuit et quelques gobelets rouges pour rêver qu’on est là bas pendant un instant. Parce qu’entre nous, le plus important est ailleurs. Bon anniversaire poto.

Read Full Post »

Avant de se défoncer à coup de headshots via le Xbox Live sur Halo ou Call of Duty, il y a eu toutes ces heures passées sur GoldenEye. Entassés à 4 autour d’un écran cathodique, chacun avec une manette de Nintendo 64 de couleur différente, à crier à son fidèle co-équipier que la zone est « clear », que tu sois dans la jungle, au coeur d’un temple ou sur une antenne satellite. Les fils s’emmêlaient, on avait pas de casque micro, il faisait rapidement 45° dans la pièce et la mauvaise foi commençait avant même qu’on ait soufflé dans la cartouche pour être sûr qu’elle ne buggera pas. C’était l’époque où il fallait se déplacer chez son pote pour jouer à plusieurs, sans oublier d’emmener sa propre manette et une bouteille d’Oasis, paquet de chips en option. Le temps où Rare nous faisait encore rêver avec Killer Instinct et Donkey Kong Country, en attendant Banjo-Kazooie. Un âge d’or auquel nous pouvons désormais rendre hommage comme il se doit sur Wii, une manette dorée en main. Prépare toi à le payer de ta vie, Janus.

Read Full Post »

Qu’elle symbolise le premier titre de champion NBA, la première victoire au concours de dunk ou le retour triomphal sur les parquets, chaque paire de Jordan porte sur sa languette le poids de l’histoire. Et la Jordan VII, sortie initialement lors de la saison 1991-92, est à jamais synonyme de numéro 9, de titre de champion olympique et de Dream Team.

Rééditée dans les couleurs de l’équipe qui nous a fait saigner des yeux lors des JO de Barcelone, la Jordan VII a subi une légère modification par rapport au modèle original: l’ajout d’un ballon de basket en forme de coeur brodé sur le côté, pour symboliser le concept « For the Love of the Game » instauré par la Jordan IX. Est ce que j’ai besoin de préciser que cette réédition est absolument indispensable?

Pour voir plus de photos de la Jordan VII Olympic « For the Love of the Game », vous pouvez cliquer pour (suite…)

Read Full Post »

Je suis comme tout le monde, je voudrais vivre dans Entourage. Pour des raisons évidentes que je n’ai pas besoin d’évoquer. Alors je me prends à rêver et à transposer chaque épisode sur mes péripéties quotidiennes, avec plus ou moins de succès d’ailleurs. Mais une chose est sure, et on est tous dans ce cas: dans ma bande de potes, personne ne veut être Drama. Personne ne veut être Vinnie non plus, malgré les avantages en nature non négligeables dont il jouit. Parce que trop de pression, tout repose sur ses épaules, le train de vie et de survie de l’équipe, les jours meilleurs et les promesses de cadeaux pharaoniques. Personne ne veut être E non plus, pas de charisme, pas de véritable aspérité qui accroche l’attention, pas de quoi être envieux sauf lorsque Sloan sourit en inclinant légèrement la tête. Et être Turtle, ce n’est pas gênant, mais pas un but ultime non plus. Et pourtant, comme tout le monde, nous sommes eux et ils sont nous.

Unis comme les doigts de la main, qui lorsqu’ils se serrent les coudes se transforment en un poing solidaire. Pouvant passer des heures dans un parking souterrain ou sur un banc comme les ados de 15 ans que nous avons toujours été, à refaire le monde et ses habitants. Une conférence sur BBM toujours ouverte, victime de messages peu soucieux de l’heure tardive, qu’importe le nombre de kilomètres ou le code de la route si tu es en train de conduire. Des frères de mères différentes, que mes parents considèrent comme leurs enfants adoptifs, une fratrie recomposée où chacun tient plus ou moins son rôle et où le mensonge et les apparences n’ont pas leur place. Une équipe où l’on a appris à deviner la souffrance derrière les vannes, les emplois du temps derrière les messages, les humeurs derrière les statuts. Pas besoin de faire semblant, apprivoiser les défauts de l’autre est devenu une seconde nature, et les non dits deviennent aussi révélateurs qu’un collabo sous le régime de Vichy. Des dialogues muets que les conjointes ne peuvent comprendre, celles qui ont dû être validées par la commission, qui ont dû supporter l’humour nostalgique sur le gilet jaune ou les Huaraches, et qui ont appris à ne pas s’inquiéter si le lit est encore vide à 2h du matin, on sait quand la discussion commence mais jamais où elle s’arrête.

Comme les 4 gamins du Queens on a des aspirations mais on a peur de l’échec, peur de se lancer mais aussi peur de réussir dans le fond, peur de ne pas être à la hauteur. Alors on cherche l’approbation de ceux qu’on respecte et s’ils sont fiers de moi, tu peux considérer que le but est atteint et au moindre mini succès, sois sûr que je leur ai réservé les meilleures places à côté de mon siège. En grandissant tu comprends un peu mieux ce que Shurik’N voulait dire, tu gardes leurs arrières et ils gardent les tiens, si tu pouvais tu leur offrirais des Ferraris, des studios d’enregistrement ou des weekends à New York et Tokyo pour faire un peu de shopping. En attendant de devenir ce qu’on aurait dû être et de brasser des millions, on met un point d’honneur à ne jamais rater les anniversaires, à se faire la bise le 31 décembre à minuit et à verser notre petite larme aux mariages et aux naissances. Si on pouvait on vivrait tous ensemble sous le même toit, sans vieillir, nos mères qui nous crient dessus en option, ne pas sentir le temps qui passe et les obligations d’adulte prendre le dessus, rester soudés pour mieux faire face. Avancer tous ensemble, être là pour les checker de l’épaule en les félicitant, trinquer aux diners improvisés, figer ces instants avant que le quotidien ne nous rattrape. Et toujours garder une chose à l’esprit: la vie change, pas les amis.

Read Full Post »

Surement très énervé de voir que tous les joueurs NBA optent pour les Beats customisés aux couleurs de leur franchise, le staff de Skullcandy tente de contre-attaquer en sortant la collection « Player Series« , ligne de casques audio aux couleurs des six plus grands joueurs de la ligue professionnelle de basket américain.

Chaque écouteur se voit donc attribuer un numéro et les couleurs d’une équipe, et les 8 modèles réalisés mettent en avant Kobe Bryant, Dwyane Wade, Derrick Rose, Kevin Garnett, Dwight Howard et LeBron James (en attendant que d’autres sportifs participent à la collab). Reste à savoir si la suprématie des Beats de Dr.Dre va être ébranlée par ces gros bouts de plastique à la qualité sonore plus que discutable. En même temps, vu le prix, ils ne boxent pas trop dans la même catégorie.

Dispo ici pour environ 35 euros, et plus de photos des modèles si vous cliquez pour (suite…)

Read Full Post »

Older Posts »