Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘thème’

Règle immuable: si tu veux savoir lequel des deux a quitté l’autre, regarde celui qui a grossi. La personne qui se fait jeter est toujours celle qui maigrit, et celle qui part double de volume. La tristesse ronge plus que la culpabilité j’imagine.

Avec toutes ces révolutions politiques soi disant encouragées par Twitter, il ne faudra pas s’étonner si certaines pages de l’Histoire s’affichent en erreur 404 dans quelques années.

Je suis ce genre de gars qui arrive toujours les mains vides chez ses potes, et qui refuse que tu apportes quoique ce soit si tu viens manger chez moi. Sûrement un moyen de faire comme si rien n’avait changé depuis les après midi passés à manger des Prince en regardant Moesha et Drop The Beat.

« Comme si la vie était une série de chambres d’hôtels, dont on laisse le nettoyage à quelqu’un d’autre, et la nostalgie un verre de bon vin que l’on porte à ses lèvres, avant de le reposer » Tony Hoagland.

Arrêtez de dire que tous les prêtres sont pédophiles, c’est pas correct de tous les mettre dans le même panier. Après tout, la bite ne fait pas le moine.

Depuis que j’ai revu Heat, je rêve souvent que je vais me noyer, je dois me réveiller sinon je vais mourir. Et je suis aussi prêt à tout quitter en moins de 30 secondes chrono. D’ailleurs j’y vais là, salut.

Si je travaillais chez Tumblr, j’aurais déjà fait une campagne de pub « Une image vaut mille mots », avec un logo WordPress barré.

Parfois je me demande quelles sont les vacances idéales des gens qui vivent sur une île paradisiaque. Un séjour dans une mégalopole ultra polluée?

Constat: si tu veux faire un cunnilingus à la fille de tes rêves, il vaut mieux bien maîtriser la langue française au préalable. Et garder en tête qu’entre « humilité » et « humidité », il n’y a qu’une petit lettre de différence.

« A la fin, nous nous souviendrons non pas des mots de nos ennemis, mais du silence de nos amis » Martin Luther King.

Read Full Post »

J’avais plein de trucs à écrire, mais je sais pas par où commencer. J’ai noté plein d’idées pourtant cette semaine, mais il n’y a pas eu de déclic qui lie le tout, de fil conducteur qui permet d’assembler les éléments comme un robot géant de Power Rangers. Je voulais parler de Judd Apatow, des expressions toutes faites qui perdent leur sens à force d’être employées à tort et à travers, de l’utilité méconnue des post it, de l’hypocrisie infinie qui se cache dans la phrase « J’espère que ça va s’arranger », de ma nouvelle paire de New Balance, des filles super moches qui ont des voix vraiment sexy. J’ai aussi tenté de m’expliquer pourquoi les gars qui ont un piercing au sourcil mettent tout le temps des bonnets avec une visière en hiver, comme si c’était une combinaison règlementaire. A un moment j’ai même pensé déverser ma haine des gens qui ont réussi à m’écoeurer des Jordan III à force de les voir partout, tout en digressant sur l’énorme bordel incompréhensible qu’est devenu Naruto, impossible de suivre l’action avec les milliers de nouveaux personnages et les noms japonais dont la traduction change à chaque chapitre.

Habituellement de cette masse difforme de concepts jaillit un dénominateur commun mais là, tout ce qu’il en ressort, c’est que je déverse pas mal de conneries quand même. A la limite quand j’arrive à insuffler un peu de rythme ça décolle parfois, je me laisse porter sans trop réfléchir, les phrases s’enchaînent plus ou moins facilement et parviennent à donner l’illusion d’un texte construit, de la poudre aux yeux à défaut de la mettre dans le nez. Mais soyons francs, depuis tout à l’heure je rame plus que les jumeaux Winklevoss et personne n’est dupe. Le pire dans tout ça c’est que je ne vais pas reléguer ce post au rang des brouillons qui ne verront jamais la lumière d’un écran d’ordinateur, je vais quand même le publier, et l’exposer à la lapidation par commentaires. C’est un peu comme vous montrer la chaussette trouée cachée par les Jordan, vous parler avec l’haleine fétide du matin ou vous ouvrir la porte en pyjama avec la vaisselle entassée dans l’évier, ça ne se fait pas. Et dans des moments comme celui là, je me dis qu’on est vraiment devenus intimes.

Read Full Post »

Cette semaine, j’ai regardé « Funny People », « Fantastic Mister Fox », « Terminator 2 (Director’s Cut) » et « 500 Jours Ensemble » en Blu-Ray. Résultat: je sais pas si je veux des potes, une meuf ou un robot. Cette semaine j’ai repris le sport, puis j’ai arrêté une nouvelle fois le lendemain. J’ai vu des gens franchir des caps, et d’autres tourner des pages. J’ai regardé un bout du match contre le Brésil, mais pas plus de 15 minutes parce que je devais finir Kane & Lynch 2. D’ailleurs ya eu un bug pendant le générique de fin et je n’ai pas eu le dernier succès, la loose absolue. Cette semaine je me suis rendu compte que j’avais la chance de côtoyer des gens réellement brillants, mais que j’étais souvent en décalage total avec le reste du monde. Et que je ne faisais rien pour y remédier. Cette semaine, j’ai fait un back up de mon téléphone, le truc le plus long du monde, encore plus long qu’épeler entièrement un nom de famille malgache, c’est dire. Cette semaine j’ai acheté un T-Shirt Otaku x Katsuni, reste à savoir si j’assumerai de le porter dans la rue maintenant. J’ai récupéré un nouveau réveil mais je n’arrive toujours pas à me lever. J’ai eu une idée géniale mais je l’ai déjà oubliée. Cette semaine j’ai regardé deux épisodes d’affilée de « Keeping Up With The Kardashian », simplement parce que j’étais hypnotisé par leurs cheveux. Cette semaine, il y a eu un avant, et un après. J’ai vu la détresse et la dignité dans les yeux d’un gars rattrapé par la vie, la peur de ne pas être à la hauteur. Et je m’en suis voulu de ne pas trouver les mots justes. Foutu décalage. Cette semaine j’ai vu Sarah Colette avec des Jordan VI low. Les blanches et bleues. Cette semaine, je n’ai pas pris le temps d’aller voir cette amie seule et enceinte, mais j’ai pris le temps de trier des photos pour un Yellow Carpet. Je devais avoir une bonne excuse j’imagine. Cette semaine, j’ai mangé un bol de céréales au petit déjeuner. J’avais pas fait ça depuis au moins 15 ans, ça m’a rappelé le jour où j’ai découvert les Miel Pops. Cette semaine j’ai eu envie de me lever et de partir sans un mot. Je me suis forcé à lire « Decoded » de Jay-Z mais j’ai encore décroché au milieu d’un chapitre. Je me suis fait draguer comme si on était de retour au collège. J’ai souri à un bébé dans le métro, et sa mère m’a regardé comme si j’étais le fils de Michael Jackson et Véronique Courjault. Cette semaine, j’ai envié ceux qui ne réfléchissent jamais, qui ne se posent pas trop de questions, ceux qui parviennent à se libérer et vivre l’instant présent. Cette semaine, au final, n’était pas vraiment différente des autres je crois.

Read Full Post »

Ce n’est un secret pour personne: Spider-Man 4 sera un reboot de la franchise, on efface tout et on recommence, comme si tout ce qui c’était passé avant n’avait jamais existé. Un peu comme lorsque tu déménages ou que tu trouves une nouvelle meuf. Comme à chaque annonce d’un nouveau film de super héros, on sait pas trop quoi penser au début, on fantasme et fabule sur le potentiel casting, les ennemis et les costumes retenus. Jusqu’à ce que les premières images filtrent et qu’on ait tous envie de se tailler les veines. Plus ou moins profondément selon les cas, le niveau entraînant la mort brutale ayant été atteint avec les photos des costumes de « X-Men: First Class ». Certes, un fanboy qui se respecte trouve toujours le moyen de râler mais a priori, le prochain Spider-Man devrait se placer parmi les films Marvel les moins catastrophiques (prions pour que l’avenir me donne raison). Reste que pour moi, les studios ont quand même fait une erreur en choisissant cette option. Parce qu’en réfléchissant bien, il y avait au moins 5 raisons de militer pour que Christopher Nolan et son frère adaptent la saga du clone de Spider-Man au cinéma.

(suite…)

Read Full Post »

Je la vois, dans son coin, rongée par les contradictions. Essayer de ne pas attirer l’attention et en même temps, hurler en silence pour capter mon regard. Elle ne comprend pas pourquoi le défilé continue sans qu’elle parvienne à y trouver sa place, elle a l’impression d’avoir tout ce qu’il faut pourtant. Elle ne sait pas que je pense souvent à elle, souvent sans m’en rendre compte, attendant que son image soit tellement intense qu’elle brûle mes neurones. Elle m’accompagne avant de dormir, lorsque je mange, lorsque je prends ma douche, lorsque je parcours mon téléphone. Je la vois maudire ses rivales, rongée par la jalousie mais l’estomac noué par la crainte que ce soit finalement son tour, et qu’elle ne soit pas à la hauteur. Elle s’invente des excuses, se trouve inintéressante, déjà vue, trop commune, pas assez grandiose. Elle regarde ce manège incessant de loin, se compare, pleure, se moque, ne comprend pas pourquoi je perds mon temps avec la dépressive du vendredi ou avec celle qui ne m’offre que des moments de solitude. Puis elle craint de devenir l’un de ces regrets qu’on traîne jusqu’à l’oubli, ce goût d’inachevé qui disparait sans qu’on s’en rende vraiment compte. Elle aimerait avoir le courage de bousculer les autres, se frayer un chemin parmi la masse. Ne faire qu’une avec moi, se dessiner sous mes doigts une fois la nuit tombée. Sortir de ma tête, s’allonger sur du papier numérique et vivre sa vie. Rejoindre les rangs de celles qui portent mon nom pour l’éternité. Enfin, ne plus être une simple idée notée pour plus tard.

Read Full Post »

Mon Blackberry a une fâcheuse tendance à effacer mes brouillons et mes notes. Lorsque j’ai une idée, je la répète en boucle dans ma tête jusqu’à ce que je puisse la noter sur mon téléphone, parce que je sais que je l’aurai oubliée d’ici 10 minutes. Parce que ce n’est pas facile de capturer un papillon avec un filet, surtout lorsqu’il est troué. Mes boîtes mail et SMS sont donc remplies de messages inachevés et confus, qui disparaissent lorsqu’on les met de côté trop longtemps. Jolie métaphore de la vie je trouve.

(suite…)

Read Full Post »

En ce moment, j’ai trop d’idées en tête. Mon Blackberry regorge de brouillons que je sauvegarde régulièrement par peur qu’ils ne s’effacent, j’ai un nouveau concept toutes les 10 minutes et je m’empêche d’allumer mon ordinateur à 3h du mat’ pour mettre en ligne 5 posts d’affilée. Bon, dans le dernier cas la fatigue aide beaucoup, j’avoue. Alors oui, il y a du bon et du moins bon, mais c’est comme si j’étais constamment sous la douche (ceux qui lisent les éditos depuis le début savent), l’inspiration me tombe dessus et me viole sans crier gare St Lazare (exemple parfait de « moins bon »). Et le problème, c’est que je ne sais pas par où commencer.

(suite…)

Read Full Post »

Older Posts »