Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘semelle’

En général on sait tout de suite quand on a affaire à une journée de merde. Je ne parle pas de ces conneries de pied gauche quand on sort du lit, non. Je parle de la migraine dès le réveil, du soleil qui brille et t’encourage à sortir en mode mi-saison alors qu’il fait 5°, du fond de la poubelle qui se déchire au moment où tu vas la jeter dans le container, de l’ascenseur qui n’arrive jamais. J’ai essayé de faire la sourde oreille, de me convaincre que ces signes avant-coureurs n’étaient que le fruit de mon imagination. Que la batterie déchargée de mon iPod, ma sale peau, ma gorge prise et mon mal de dos n’étaient que broutilles. Mais quand les portes du métro se sont refermées juste devant moi parce qu’un vieux a freiné mon élan en restant au milieu du quai, et que le panneau a affiché 8 minutes d’attente, j’ai su. La journée de merde avait officiellement commencé.

(suite…)

Read Full Post »

Pour vous c’est un simple bout de daim, pour moi c’est un bout de mon innocence. A l’époque mon père traversait l’Atlantique deux fois par an (j’ai jamais compris pourquoi et je crois que je veux pas savoir) et à chaque fois qu’il revenait c’était Noël en plein été. Le temps béni où je portais un pantalon de culturiste avec des triangles gris imprimés, un T-Shirt Jordan « Rookie Of The Year » et un sac à dos Bulls. J’avais deux rangées de dents comme les requins, une boucle d’oreille Nike du marché et dans le cartable, un Giraya Ninja avec les bras en caoutchouc recouverts de poussière. Je rêvais d’une casquette des Redskins et j’étais encore traumatisé par les Air Tech Challenge jaunes que j’avais eu l’année précédente, dont le coloris improbable semblait rendre fou des gars deux fois plus vieux que moi. En gros, rien ne m’avait préparé à la claque des Jordans VII Bordeaux.

J’ai mis des années à retrouver leur nom, j’avais l’impression d’avoir rêvé, de ne pas avoir mis mon pied dans cette oeuvre d’art multicolore, jusqu’à ce que je retrouve une photo de moi, hoodie / jeans clair / Bordeaux / casquette Bulls. Au top comme René, comme rarement je l’ai été. Comme toutes les paires de cette période, je les ai mises 4 fois par semaine (sauf les jours d’EPS et de basket), pendant un an, le temps que mon gros orteil sculpte une marque indélébile à l’avant, dernière étape avant de trouer complètement le velours gris clair. Au moment de balancer ce bout d’histoire à la poubelle, j’ai découpé la languette que j’ai gardé comme une relique précieuse pendant des années, à côté des systèmes Pump éventrés et des lacelocks des VI volés à Décathlon.

L’année qui a suivi j’ai eu droit aux VIII Aqua, qui m’ont évidemment laissé elles aussi une empreinte indélébile, mais sans comparaison aucune avec les Bordeaux. Alors en avril 2011, si vous n’avez pas de nouvelles de moi pendant plusieurs jours, c’est que je suis blotti en boule avec entre les bras plusieurs paires de ce modèle légendaire qui n’a jamais été réédité en 20 ans. En même temps c’est logique, vu que le Bordeaux se bonifie avec l’âge.

Read Full Post »

(suite…)

Read Full Post »

Je crois que je deviens fou. Ou que je le suis déjà même. Depuis ce matin je cherche un post à écrire, j’écume le web en quête de la moindre piste à explorer, mais je trouve rien. Foutue rentrée, on dirait qu’Internet s’est arrêté le temps que tout le monde retrouve ses marques et efface son bronzage à l’aide de la lueur de son PC. Alors pour passer le temps, je fais ce que j’aime le plus (non, ce n’est pas trier des photos de culs énormes contrairement à ce que vous pensez): je traîne sur des sites de baskets.

J’ai beau les connaître tous par coeur au point de me rendre compte lorsqu’ils ont changé l’ordre de présentation des paires (je me surprends à croire qu’ils font ça pour me feinter les coquins), je reviens toutes les 2 heures, inlassablement. Et le pire c’est qu’à chaque fois, en plus de vouloir tout acheter en poussant un hurlement façon Tarvold, je bloque sur un nouveau modèle, et je me trouve tout un tas d’arguments indiscutables pour me convaincre de les acheter. Bien souvent, la vérité universelle du portefeuille vide l’emporte, mais seulement une fois que j’ai envisagé de faire un prêt à la consommation sur 10 ans, de vendre un rein ou de devenir le gigolo de Liliane (j’ai déjà un appareil photo si ça peut aider).

Quand je reste trop longtemps sur ces sites, comme c’est le cas aujourd’hui par exemple, mon esprit dérive. Je m’imagine avoir une piscine de baskets (dead stock évidemment) dans laquelle je plonge comme Picsou, en me laissant couler au milieu de ce mélange de cuir, de daim et de plastique avant de remonter à la surface, porté par toutes ces bulles d’air, en apesanteur comme Calogero. Bon quand j’en arrive là, c’est en général le moment où soit je clique sur « Add to cart » avec un sourire de puceau qui voit une paire de seins pour la première fois, soit je ferme mon ordinateur et je me mets en boule dans un coin en sanglotant. Dans le second cas, je deviens détestable, je soûle toute personne qui se trouve dans un périmètre inférieur à 5 mètres autour de moi, jusqu’à ce qu’elle me dise « Ben prends les », histoire de moins culpabiliser ensuite. Un peu comme ces gamins trop énervants à qui tu voudrais mettre une grosse claque parce qu’ils te regardent avec les yeux mouillés et reniflent bruyamment en tentant de formuler une phrase incompréhensible, tout ça parce que tu ne veux pas leur acheter de glace. Pareil. Sauf que là, c’est une glace à 200 euros, et qu’il y en a déjà un bon paquet dans le réfrigérateur. Mais bon, une nouvelle glace, c’est indispensable pour rester frais.

Read Full Post »

Prévue pour novembre, cette version soit disant améliorée des Huaraches montantes me donne envie de casser mon écran. Entre le gros swoosh dégueulasse sur le talon, le scratch en plastique grossier et la semelle qui ressemble à une mâchoire de dinosaure, je ne comprends pas ce qu’ont voulu faire les designers de chez Nike. Surtout que le modèle de base était tout simplement parfait, au point de nous forcer à lâcher 200 dollars dans une obscure boutique de Los Angeles à l’époque. Ca me fend le coeur de les voir manquer de respect à ce point à un modèle que j’ai chéri de tout mon être.

Pour voir plus de photos des Nike Zoom Huarache Trainer (même le nom est naze), vous pouvez cliquer pour (suite…)

Read Full Post »

Tous les mois c’est pareil: je me dis que j’arrête mes conneries, plus de baskets, vaut mieux mettre mon argent dans des objectifs ou dans plein d’autres trucs cool, et à chaque fois il y a une nouvelle paire qui est annoncée et tout s’écroule, il me la faut à tout prix (dans la limite psychologique des 170 euros), jusqu’à ce que je revienne à la raison. Heureusement que mon banquier a mon vrai numéro de portable et qu’il n’hésite pas à m’appeler dès que mon relevé commence à virer au rouge sang, sinon les huissiers auraient déjà saisi les meubles dans lesquels je range mes Précieuses.

Enfin, ya bien une autre solution, mais j’ai peur de passer moi aussi pour un débile complet si je me fais tatouer une paire de Jordans directement sur les pieds, et que je mets des tongs pour que le tout soit bien visible. En tout cas, il a au moins eu la lucidité de ne pas se faire tatouer l’énorme languette des J’s V.

Read Full Post »

Older Posts »