Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘sangoku’

(suite…)

Read Full Post »

C’est inévitable. Comme les deux faces d’une unique pièce, comme l’ombre qui n’existe que par la lumière, la lutte fratricide est inéluctable. Tout les sépare mais ils sont identiques, et le destin ne se déroule qu’en vue de cet ultime affrontement. Deux enfants, deux amis, deux frères. Un schéma inchangé depuis la nuit des temps. Le surdoué, à qui tout réussit, qui parvient à agréger les foules autour de sa parole sans même y réfléchir, celui qui monopolise la lumière. Le persévérant, qui doit se battre de toutes ses forces sans cesse, le laissé pour compte qui ne peut compter que sur sa volonté et sur les épreuves. Ce qui ne tue pas blesse quand même, la douleur comme moteur, et l’envie de sortir de cette ombre trop allongée. Une course effrénée pour être le meilleur, des rivaux absolus, des némésis qui ne disparaîtront qu’avec la mort. Unis dans l’effort, dans les limites repoussées et dans le dépassement de soi. Poussés par la vengeance, par l’orgueil, par la recherche de reconnaissance, qu’importe, le résultat est le même. Pour l’honneur d’un clan, pour un titre de meilleur guerrier de l’espace, pour se sentir son égal. Communiquer et ouvrir son coeur avec ses poings. Le combat approche. Et avec lui, une question: lequel des deux es-tu? Sangoku ou Végéta? Sasuke ou Naruto?

Read Full Post »

dbkai

Alors que le film Dragon Ball Evolution est un bide phénoménal qui se ramasse dans l’indifférence générale et la haine des fans, la Toei Animation a décidé de ressortir une version 2.0 de l’animé Dragon Ball Z pour fêter les 20 ans de la série. Désirant se rapprocher d’avantage du manga culte d’Akira Toriyama, Dragon Ball Kai (dont la diffusion a commencé début avril au Japon) est en fait une version remasterisée en HD, et remontée pour supprimer tous ces passages inventés spécialement pour l’animé (« kai » signifiant « nouveau, coupé »).

On évite donc les épisodes complètement inutiles type Garlic Junior, le championnat d’arts martiaux au Paradis, les longueurs avant le tournoi de Cell…, pour un nombre total d’épisodes ramené à 100 environ (contre 291 à la base). De quoi retrouver le rythme soutenu du manga.

Pour rappel, Dragon Ball Z propose de suivre les aventures de Son Goku après sa victoire contre Piccolo au championnat du monde, et s’ouvre sur la présentation de Son Gohan et Raditz, respectivement fils et frère extraterrestre de Son Goku. La série est beaucoup plus axée sur des luttes intergalactiques à base de boule de feu titanesques, et voit défiler des personnages tels que Végéta, Freezer, Cell, Boo ou encore Trunk. A différencier du Dragon Ball classique, qui retrace la jeunesse de Son Goku et ses diverses quêtes des 7 boules de cristal, en s’inspirant de la légende du Roi Singe (Pérégrinations vers l’Ouest, repris également par Gorillaz pour leur spectacle musical). Mythique.

A noter au passage qu’Akira Toriyama, également créateur de Dr Slump, avait prévu d’arrêter la série à la fin de Dragon Ball (avec la défaite de Piccolo Jr) pour conserver l’état de grâce entourant ses personnages, mais que les studios l’ont forcé à écrire Dragon Ball Z, d’où cette sensation de résultat bâclé et l’absence d’inspiration et de magie, malgré de grands moments. Lessivé par des années de travail sous pression à écrire l’Histoire de la pop culture japonaise, Toriyama ne produira plus rien par la suite (hormis quelques characters design pour des jeux vidéos), et sera préservé jalousement par ces mêmes studios l’ayant essoré. Un dénouement bien triste.

Read Full Post »