Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘michael jordan’

Un hangar géant, plus de 1000 paires exposées dont 500 de Jordan dead stock (jamais portées), tous les modèles dans toutes les couleurs, la plupart en 4 exemplaires. Les OG, les retro, quelques samples, des produits dérivés, le tout plastifié pour traverser convenablement les âges et éviter d’être abimé par la salive des sneakerheads pris de vertiges. Un propriétaire au nom prédestiné, Jordan Michael, et une collection personnelle estimée à plus d’1 million de dollars. Est ce qu’il faut ajouter quelque chose d’autre pour achever de vous convaincre?

Pour voir l’une des nombreuses vidéos qui donnent envie de pleurer, puis de traquer le moindre indice pouvant aider à localiser le hangar pour venir faire le casse du siècle avec un camion, vous pouvez cliquer ici, et pour plus d’infos sur le ShoeZeum, vous pouvez cliquer ici

Read Full Post »

Pour vous c’est un simple bout de daim, pour moi c’est un bout de mon innocence. A l’époque mon père traversait l’Atlantique deux fois par an (j’ai jamais compris pourquoi et je crois que je veux pas savoir) et à chaque fois qu’il revenait c’était Noël en plein été. Le temps béni où je portais un pantalon de culturiste avec des triangles gris imprimés, un T-Shirt Jordan « Rookie Of The Year » et un sac à dos Bulls. J’avais deux rangées de dents comme les requins, une boucle d’oreille Nike du marché et dans le cartable, un Giraya Ninja avec les bras en caoutchouc recouverts de poussière. Je rêvais d’une casquette des Redskins et j’étais encore traumatisé par les Air Tech Challenge jaunes que j’avais eu l’année précédente, dont le coloris improbable semblait rendre fou des gars deux fois plus vieux que moi. En gros, rien ne m’avait préparé à la claque des Jordans VII Bordeaux.

J’ai mis des années à retrouver leur nom, j’avais l’impression d’avoir rêvé, de ne pas avoir mis mon pied dans cette oeuvre d’art multicolore, jusqu’à ce que je retrouve une photo de moi, hoodie / jeans clair / Bordeaux / casquette Bulls. Au top comme René, comme rarement je l’ai été. Comme toutes les paires de cette période, je les ai mises 4 fois par semaine (sauf les jours d’EPS et de basket), pendant un an, le temps que mon gros orteil sculpte une marque indélébile à l’avant, dernière étape avant de trouer complètement le velours gris clair. Au moment de balancer ce bout d’histoire à la poubelle, j’ai découpé la languette que j’ai gardé comme une relique précieuse pendant des années, à côté des systèmes Pump éventrés et des lacelocks des VI volés à Décathlon.

L’année qui a suivi j’ai eu droit aux VIII Aqua, qui m’ont évidemment laissé elles aussi une empreinte indélébile, mais sans comparaison aucune avec les Bordeaux. Alors en avril 2011, si vous n’avez pas de nouvelles de moi pendant plusieurs jours, c’est que je suis blotti en boule avec entre les bras plusieurs paires de ce modèle légendaire qui n’a jamais été réédité en 20 ans. En même temps c’est logique, vu que le Bordeaux se bonifie avec l’âge.

Read Full Post »

On est d’accord, c’est le genre de truc que tu ne mettras jamais dans la rue parce qu’il est trop gros, et que les gens vont te charrier en pensant que c’est une chaîne en plastique achetée aux Puces de Clicli. Sans se douter qu’il s’agit en fait d’un pendentif représentant la Jordan XI (« Space Jam » pour les intimes) numéroté et limité à 1996 exemplaires pour faire un clin d’oeil à l’année de sortie, et qu’il est aussi possible de l’utiliser en porte clés.

La définition même de l’achat compulsif, et de l’accessoire qui te fait passer pour un dingue auprès de ta famille. Mais j’ai envie de dire que je m’en fous, parce que selon mes propres critères de mec qui voue un véritable culte à Jordan, c’est un objet tout simplement indispensable.

Pour voir plus de photos du pendentif Jordan XI, vous pouvez cliquer pour (suite…)

Read Full Post »

On va pas se mentir: la Jordan II est de loin la paire la moins appréciée des fans et donc la seule à rester des semaines entières dans les présentoirs des shops, sûrement parce qu’elle est pas très belle et qu’elle est beaucoup moins travaillée que les autres. Toujours est il qu’elle reste indispensable pour les jordanheads, et que j’étais bien emmerdé entre mon envie d’étoffer ma collection personnelle et mon dégoût profond pour ce modèle que seul Eminem semble adorer (et vous avez qu’à regarder la dégaine du Slim Shady, tout est dit).

Mais grâce au modèle Black & White prévu pour la fin du mois d’octobre, ce débat est de l’histoire ancienne, on peut enfin acheter une paire de II sans avoir l’impression de jeter de l’argent en l’air. Bon, on dirait encore qu’il y a une semelle compensée et on ne comprend pas trop ce que la peau de serpent vient faire au milieu de tout ça, mais le modèle est sobre et portable, et c’est déjà pas mal pour une paire qui n’a pas été dessinée par Tinker Hatfield.

Read Full Post »

Qu’elle symbolise le premier titre de champion NBA, la première victoire au concours de dunk ou le retour triomphal sur les parquets, chaque paire de Jordan porte sur sa languette le poids de l’histoire. Et la Jordan VII, sortie initialement lors de la saison 1991-92, est à jamais synonyme de numéro 9, de titre de champion olympique et de Dream Team.

Rééditée dans les couleurs de l’équipe qui nous a fait saigner des yeux lors des JO de Barcelone, la Jordan VII a subi une légère modification par rapport au modèle original: l’ajout d’un ballon de basket en forme de coeur brodé sur le côté, pour symboliser le concept « For the Love of the Game » instauré par la Jordan IX. Est ce que j’ai besoin de préciser que cette réédition est absolument indispensable?

Pour voir plus de photos de la Jordan VII Olympic « For the Love of the Game », vous pouvez cliquer pour (suite…)

Read Full Post »

…les mecs de la blogosphère veulent de tout petits bébés. C’est pas plus compliqué que ça de réveiller notre instinct paternel, une paire de mini Jordan VI et boum, on veut le bébé qui va avec. Et qu’importe les responsabilités, l’argent nécessaire et le bouleversement dans nos vies, on est prêt à tout accepter pour avoir un enfant qui matche avec notre style.

Read Full Post »

IN: Craig Mack, Puff Daddy et Notorious BIG. Vous pouvez me faire confiance, ce trio va régner de nombreuses années sur le hip hop, va sortir des albums à ne plus savoir qu’en faire et va remplir des stades. Vivement que la tournée « Life After Death » passe en France.

(suite…)

Read Full Post »

Older Posts »