Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘image’

Mais je ne vois pas lequel. J’ai beau regarder encore et toujours cette newsletter du Figaro, je ne trouve pas ce qu’ils essaient de nous suggérer subtilement.

Read Full Post »

Ou l’histoire improbable d’une meuf soulée de faire de la promo tard le soir et qui pense se faire un jeune rappeur débile en direct sur un plateau télé, devant des intervenants tellement passifs qu’ils semblent recevoir chaque question comme une grosse baffe dans leurs dents. Ce n’est pas dans mes habitudes de défendre le rap à tout prix, de m’insurger lorsqu’une connerie est balancée dans les médias classiques ou de me sentir le fier représentant d’une culture. Parce que je suis juste un gars qui a grandi avec le hip hop, mouvement qui fait partie de ma vie et teinte mon quotidien depuis l’époque des téléphones à cadran, et que je ne ressens pas le besoin de le revendiquer à tout va, comme pour prouver mon acceptation par un clan quelconque. Pourtant, je suis obligé de revenir sur la discussion houleuse qui s’est tenue entre Akhenaton et Coline Serreau lors des Mots de Minuit d’hier soir.

Pas pour insulter bêtement Mme Serreau, brillante cinéaste dont la carrière ferait rêver bon nombre d’étudiants en cinéma égarés. Ni pour tenter de lui faire entendre raison, elle qui a « fait rentrer le rap à l’Opéra Bastille avec de grands danseurs (inconnus au passage) qui tournent sur la tête ». Ni pour lui expliquer que les fameux rappeurs intelligents dont elle parle, ceux qui font rimer des phases réfléchies et véhiculent une image moins débile du rap, ont tous écouté et jalousé les couplets d’Akhenaton à un moment donné de leur vie. Ni pour lui prouver qu’Akhenaton ne fait pas partie de ceux qui glorifient les armes, dénigrent la femme, vouent un culte aux Etats-Unis et à la surconsommation, et qu’il s’est toujours fait discret sur sa foi et ses croyances personnelles. Non, simplement pour lui dire d’arrêter, que tout le monde la regarde, qu’elle se couvre de ridicule.

En fait, ses accusations sont tellement éloignées de la réalité que ça en devient gênant, plus qu’énervant. Ce que je vois quand je regarde cette grosse masse capillaire grise s’emporter, c’est une vieille dame aux convictions tranchées et incrustées dans son cerveau par le marteau impitoyable de la vie, et dont l’intention louable est de réveiller une jeunesse endormie par le confort. Et je ressens cette gêne, celle la même qui nous envahit lorsqu’une personne respectable énonce une erreur plus grosse qu’elle, celle même pour laquelle on a inventé l’expression « J’ai honte pour toi ». Toujours est il qu’entre cette intervention ridicule et l’article désespérant sur le rap mis en ligne sur le site du Monde, il faut croire que les clichés ont la peau dure.

Pour voir l’émission « Des Mots de Minuit » avec Akhenaton et Coline Serreau, cliquez ici (longue interview d’AKH au début, puis gros clash à partir de la 29ème minute)

Read Full Post »

On savait que le Président américain affectionnait les sabres lasers de Jedi mais ce que l’on apprend un peu avant l’heure et via les monstrueux montages photo de Bearsharktopus-Man, c’est qu’il a également créé un département spécial chargé de créer des armes révolutionnaires. Implanté en plein milieu de la Forteresse de la Solitude, le service ultra confidentiel abrite le casque du Master Chief, le bouclier de Captain America, Optimus Prime ou encore les Batarangs. Vivement la prochaine guerre.

Via et plus d’images si vous cliquez pour (suite…)

Read Full Post »

Si vous vous demandiez quand est ce qu’on basculerait officiellement dans le camp des vieux cons, de ceux qui ont grandi en écoutant des trucs devenus has been et qui subissent les moqueries des plus jeunes, je pense qu’aujourd’hui me paraît être le bon jour. Biggie, Pac et les autres sont morts et on les pleurera toujours sans savoir comment ils auraient pu évoluer, Snoop pense plus à faire des dessins animés cheap pour accompagner ses sursauts musicaux et plus que nonchalants qui embarassent tout le monde, Dre a disparu de la circulation depuis des lustres. Que reste t il de nos belles années? Plus rien, puisque même le Wu Tang a décidé de s’enterrer dans la risée générale, en organisant un grand casting pour recruter les 9 nouveaux membres du groupe.

Si vous avez entre 18 et 33 ans (au-delà, vous êtes un loser si vous n’avez pas encore percé a priori), que vous pensez rapper comme un dingue, que vous accumulez des lyrics incroyables dans votre cahier, que vous véhiculez les valeurs du Wu originel et que vous voulez devenir l’un des Next 9 Generals, connectez vous sur le site Wu Competition et posez sur l’un des 2 beats proposés (« Protect Ya Neck » et « Wu-Tang Clan Ain’t Nuthing ta F*ck Wit », histoire de nous rappeler qu’à une époque on était en sang sur le crew).

Alors oui, on peut choisir de boire le verre à moitié plein et d’avaler le fait que le Wu est plus une marque qu’un véritable groupe désormais, qu’hormis Meth, Ghost et Rae les membres fondateurs n’ont plus de réelle interaction entre eux, et qu’on peut envisager ce changement comme les X-Men accueillant une nouvelle génération de mutants pour les remplacer, un peu dans un style Batman Beyond pour ceux qui préfèrent DC.

Mais on peut également avoir un pincement au coeur parce que la coupe est pleine, parce que le Wu Management m’a l’air d’être une entité montée à la va-vite par U-God et Steve Rifkind pour puiser les dernières richesses avant que la source ne soit définitivement tarie, et parce que le Wu signal dans le ciel est le clin d’oeil de trop. Je crois que ce soir, je vais ranger mon hoodie Wu Wear bien au fond de mon armoire, avant d’avoir l’impression de soutenir les Pussycat Dolls de Staten Island.

Read Full Post »

Bon je vous préviens, je comprends rien en informatique. Je sais juste que Thomas Knoll, un étudiant cainri, et son frère John Knoll, employé chez Industrial Lights & Magics, viennent de développer un logiciel de retouche d’image, qu’une société (Adobe je crois) a acheté les droits, et que le tout est développé sous Macintosh depuis la Silicon Valley. Mais bon on s’en fout de ça, c’est pas trop important.

Ce qui est marrant, c’est que j’ai récupéré une version Beta de ce fameux Photoshop, et comme je m’ennuie, je suis parti dans un délire et j’ai imaginé à quoi ressembleront les gens dans 20 ans. C’est vraiment abusé et improbable hein mais bon, on passe le temps comme on peut en attendant que la Super Nintendo soit dispo.

(suite…)

Read Full Post »

C’est vrai quoi, pas l’ombre d’un nouveau morceau, et encore moins d’un album. Les sessions studio à LA avec Tricky et The-Dream, rangées au fond du tiroir. En moins de 6 ans de carrière, Ciara serait-elle devenue l’une de ces têtes qu’on voit partout, sans se rappeler pourquoi on la connaissait à la base?

En même temps, quand elle s’enflamme sur Twitter à se prendre pour une basketteuse et à se donner des surnoms ridicules (CeBron Flames, Cordan), qu’elle devient plus maigre qu’un haïtien et qu’elle se balade dans la rue avec son chien en donnant l’impression qu’elle cherche désespérément une dose de crack, ça n’améliore pas son image. Et même quand elle fait des efforts, son corps trop anguleux fait plus kiffer comme avant (enfin, elle fait encore un peu kiffer hein, on se comprend). Allez, prends ta retraite officielle, qu’on soit fixés une bonne fois pour toutes.

Read Full Post »

…que j’efface les sourcils de Rihanna avant qu’elle n’arrive à lancer une affreuse mode portugaise.

(suite…)

Read Full Post »

Je sais, moi aussi je connais des filles qui seraient à prêtes à vider leur compte, donner un rein et tuer un enfant pour être assises au premier rang d’un défilé de mode pendant la Fashion Week (ou même au dernier rang, tant qu’elles peuvent tweeter qu’elles y étaient). Sauf qu’il y a des gens qui se font payer pour assister à ce genre d’évènements, et qu’ils sont même classés par listes, le but étant bien sûr de faire partie de la A-List.

Pour vous donner une idée, la rémunération moyenne pour un A-Listed est de 80 000 dollars (60 000 euros), de 30 000 dollars pour un catégorie B, et de 20 000 pour les C. Quant aux D, c’est simple, ils prennent un bon coup de pied au cul. Tu viens gratuitement dans le meilleur des cas, dans le pire tu es banni parce que ta carrière et ton image se sont désintégrées plus rapidement que le sucre dans un café amer (Paris Hilton et Lindsay Lohan, si vous me lisez, bisous).

Alors la grande question qui se pose, c’est qui est la personnalité la plus demandée? Qui réclame plus de 100 000 dollars juste pour montrer ses tenues et coupes improbables, et se prendre les talons des mannequins qui glissent hors du catwalk? C’est qui qui? C’est Rihanna. Qui devance encore une fois Beyoncé. D’ailleurs ça me rappelle cette phrase d’un grand film, oeuvre majeure qui a influencé le cinéma d’auteur, j’ai nommé « Showgirls », où Cristal (Gina Gershon) prévenait Nomi (Elizabeth « Sauvés par le Gong » Berkley): méfie toi, il y aura toujours une danseuse plus jeune, plus belle et plus ambitieuse pour prendre ta place. Une place au premier rang et à 100 000 dollars en l’occurrence.

Toutes les listes et les rémunérations perçues si vous cliquez ici

Read Full Post »

Et voilà, encore une mode qui a pris plus vite qu’un feu dans le maquis corse. Parce que tout le monde se sent roulé de porter les Beats de Dr.Dre et de lui faire de la pub alors que son album ne sortira jamais, les artistes commencent à s’engouffrer dans le game des casques audio.

Après Snoop et sa ligne SkullCandy, c’est au tour de Lil Wayne, autre artiste sensé sortir un album depuis des lustres, de proposer des écouteurs intra-auriculaires avec son nom écrit dessus. Et franchement, vu le prix (15 euros), la photo retenue pour la packaging et la qualité globale, ça ne m’étonnerait pas qu’il n’ait pas donné son accord pour le casque. Et qu’il soit donc bientôt dispo à Belleville plutôt qu’à l’Apple Store.

Read Full Post »

Lundi. Levé à 7h, bol de céréales sous la lumière jaune de la cuisine, pieds qui trainent et cognent Mickey, pas envie de sortir de chez moi. Après une bonne marche dans le froid les mains dans les poches et le bonnet jusqu’aux yeux, assis sur une chaise, toujours vers le fond, ou sur le côté, enfin, jamais avec le groupe. D’ailleurs ma mère s’inquiète parce qu’on lui a dit que j’avais l’air triste toute la journée, que je parlais pas, et que je souriais seulement au moment de rentrer chez moi. Elle a aussi dit d’autres trucs mais je me souviens plus. En tout cas, ça devait être important parce qu’au lieu de rester avec les autres le lundi après midi, je suis passé directement au mardi matin.

Mardi. Levé 7h30, une demie heure de mieux c’est toujours ça de pris tu me diras. Bol de céréales, vitamine C à croquer, encore les pieds qui traînent et cognent MASK. Le mardi, pour beaucoup c’est peut être le meilleur jour de la semaine. Parce que t’as le droit de courir partout, de déchirer tes habits, de perdre ce que tu as de plus cher (au moins 25 francs), de te balader avec une dent en moins sans passer pour un junkie, de frapper les filles, de mentir et de tout effacer avec un rire un peu bruyant. Parce que le mardi, c’est permis.

Mercredi. Levé entre 7h et 8h, ça dépend, et puis surtout ça fait chier les horaires fixes. Tout me fait chier en fait, le lait qui est pas froid et qui fait pas croustiller les céréales, la console que je n’ai pas, le survêtement soi-disant trop cher mais pas assez pour mon voisin faut croire. Encore assis au fond, mais cette fois avec le groupe, et pas forcément le meilleur. Des plateaux qui volent pendant le repas de midi pour rigoler, et des claques qui volent aussi parce que j’ai rigolé, mais pas au bon moment. Entre le matin et le soir, l’impression qu’une vie s’est écoulée, et que tout le travail du mardi s’est effondré: courir partout c’est pour les débiles, un habit déchiré et c’est la honte, un franc c’est un franc gratté durement, un bouton sur le nez et c’est la fin du monde alors imagine une dent en moins. Frapper les filles de temps en temps, ça marche encore, parce qu’on fait comment sinon pour communiquer? Tu restes dans ton coin et moi aussi. Et quand je ne te frappe plus et que je te regarde dans les yeux, je mens et je rigole bêtement. Mais pas pour les mêmes raisons qu’hier.

Jeudi. Enfin. Levé à 9h la plupart du temps, café pour faire style mais en fait toujours un bol de céréales. D’ailleurs faudra que j’arrête, parait que c’est cancérigène ces conneries. Les pieds trainent moins mais cognent toujours contre ces merdes en plastique là, pourquoi c’est pas rangé bordel, j’ai plus de place pour mettre ma veste neuve, celle pour laquelle j’ai pleuré toute la nuit de mercredi. Le jeudi, c’est la liberté, l’impression d’être invincible, d’avoir le monde à ses pieds, même si tu n’en vois pas le bout. De tes pieds. C’est vrai que je ressemble à un L de profil, merde. Foutu corps déformé. En fait, j’étouffe avec ce trop plein d’air, c’est plus une semi-liberté qu’autre chose, un taureau qui galope dans un enclos fermé. Je crois que demain n’a jamais paru aussi loin.

Vendredi. Levé 12h. Plat de pâtes tout de suite, pieds qui trainent tellement que j’ai l’impression de faire un moonwalk. En même temps, c’est bientôt le weekend. Et puis même si je vais sûrement être occupé les deux prochains jours, le sentiment du vendredi est unique. Ya des gens qui y sont tellement accrocs qu’ils restent jusqu’au bout, et qui transforment parfois le samedi et le dimanche en vendredi. Parce que le vendredi, c’est le jour des soirées, de l’insouciance, de l’impulsivité improbable pour te prouver qu’on peut partir n’importe où là comme ça, dormir par terre, danser dans une gare et manger un kebab sur le canapé de quelqu’un qu’on connaît même pas. C’est la journée dont tu te souviens toujours, celle qui passe trop vite, qui devrait se répéter comme une boucle fermée. Parce qu’il n’y a pas de peur du lendemain, mais si on sait tous que si tu bois trop le vendredi, ton samedi va être pourri. Sacrée gueule de bois en perspective.

Samedi. Levé à 8h, merde, ça faisait longtemps, c’est dur là. Pourquoi mes yeux collent? Verre de jus d’orange, pas le temps pour le bol de céréales, je suis déjà à la bourre là. J’ai l’impression que mes pieds ont traîné toute la semaine, sauf que cette fois-ci ils cognent pas contre des jouets, parce que les jouets sont exposés sur des étagères. Les mêmes que ceux que je détestais jeudi et adorais mercredi. La veste est neuve aussi mais j’ai pas pleuré pour l’avoir, je me suis fait plaisir moi même. Enfin si, j’ai pleuré quand je l’ai eue parce que j’avais pas vu le prix avant. J’ai aussi pleuré quand j’ai payé mon loyer, mes impôts, ma nourriture, mon cinéma, mon resto, tout. L’argent, c’est à sens unique le samedi. Parce que t’as été frustré toute la semaine. Alors le jour où tu peux craquer, tu exploses littéralement en plein vol. Boum. Tu exploses aussi parce que tous les jours réunis, c’est rien comparé à la pression du samedi. Ils ont essayé de me prévenir les jours précédents pourtant, mais ça rentre par une oreille ça sort par l’autre, vas y c’est bon jmen fous. Résultat: je suis pas préparé. Et pourtant, samedi midi, je me suis assis une seconde, et j’ai compris une chose: je crois que j’ai attendu ça toute ma vie.

Dimanche. Le dimanche? Jour du seigneur il paraît. Alors je me reposerai, sereinement, en me disant que j’ai eu une semaine chargée. La plus belle des semaines.

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »