Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘gris’

Le ciel est gris, la rentrée absorbe le peu d’énergie difficilement emmagasinée pendant les fêtes, demain n’a jamais paru aussi loin et le téléphone ne sonne plus la nuit. Des deux côtés de la fenêtre tout semble comme mort, la lumière jaune pique les yeux et les Jordan III ne sont toujours pas sorties. Le Coca est tiède, la poussière s’accumule sur les yeux et les instants d’amitié sont aussi rares qu’un roumain qui te laisse tranquille au premier « non merci ». Moment idéal donc pour écouter cette sublime version acoustique du « In For The Kill » de La Roux, qui n’est pas une publicité pour Ciroc contrairement à ce que l’on pourrait penser.

Via Alex Nassar

Read Full Post »

Pour vous c’est un simple bout de daim, pour moi c’est un bout de mon innocence. A l’époque mon père traversait l’Atlantique deux fois par an (j’ai jamais compris pourquoi et je crois que je veux pas savoir) et à chaque fois qu’il revenait c’était Noël en plein été. Le temps béni où je portais un pantalon de culturiste avec des triangles gris imprimés, un T-Shirt Jordan « Rookie Of The Year » et un sac à dos Bulls. J’avais deux rangées de dents comme les requins, une boucle d’oreille Nike du marché et dans le cartable, un Giraya Ninja avec les bras en caoutchouc recouverts de poussière. Je rêvais d’une casquette des Redskins et j’étais encore traumatisé par les Air Tech Challenge jaunes que j’avais eu l’année précédente, dont le coloris improbable semblait rendre fou des gars deux fois plus vieux que moi. En gros, rien ne m’avait préparé à la claque des Jordans VII Bordeaux.

J’ai mis des années à retrouver leur nom, j’avais l’impression d’avoir rêvé, de ne pas avoir mis mon pied dans cette oeuvre d’art multicolore, jusqu’à ce que je retrouve une photo de moi, hoodie / jeans clair / Bordeaux / casquette Bulls. Au top comme René, comme rarement je l’ai été. Comme toutes les paires de cette période, je les ai mises 4 fois par semaine (sauf les jours d’EPS et de basket), pendant un an, le temps que mon gros orteil sculpte une marque indélébile à l’avant, dernière étape avant de trouer complètement le velours gris clair. Au moment de balancer ce bout d’histoire à la poubelle, j’ai découpé la languette que j’ai gardé comme une relique précieuse pendant des années, à côté des systèmes Pump éventrés et des lacelocks des VI volés à Décathlon.

L’année qui a suivi j’ai eu droit aux VIII Aqua, qui m’ont évidemment laissé elles aussi une empreinte indélébile, mais sans comparaison aucune avec les Bordeaux. Alors en avril 2011, si vous n’avez pas de nouvelles de moi pendant plusieurs jours, c’est que je suis blotti en boule avec entre les bras plusieurs paires de ce modèle légendaire qui n’a jamais été réédité en 20 ans. En même temps c’est logique, vu que le Bordeaux se bonifie avec l’âge.

Read Full Post »

Je crois que j’ai toujours préféré l’hiver. Ou du moins, les saisons où il fait froid. Ca peut paraître bizarre parce que je déteste avoir la gorge prise et le nez qui coule, et je pourrais m’amputer sur place les jours où mes pieds sont humides à cause de la pluie et glacés à cause du vent. Et pourtant, je me sens mieux en automne qu’au printemps, ça doit être mon côté gris. Mais à bien y réfléchir, ça paraît logique en fait. Ya qu’à regarder les gens dans la rue. Je reste convaincu qu’il est plus facile d’avoir un style au top lorsqu’il gèle, sans parler du fait que tu peux rajouter des épaisseurs quand tu as trop froid, mais que tu ne peux pas enlever tous tes habits et ta peau quand tu as trop chaud. En plus, je fais partie de ces gens qui préfèrent 1000 fois une fille avec un jeans serré et des petites Jordans ou un gros pull chaussette gris par dessus un leggings et des bottes, qu’une fille avec un short en jeans et des sandales ouvertes qui laissent apparaître une pédicure hasardeuse. Et puis un sourire discret dissimulé derrière une écharpe volumineuse, ça vaut tous les décolletés du monde. Enfin, une grande partie.

(suite…)

Read Full Post »

(suite…)

Read Full Post »

L’été, rien à foutre qu’il fasse 35° et que le soleil tape dur, impossible pour moi de sortir en claquettes dans la rue, je reste fidèle à mes baskets qu’importe la saison. Mais bon, on peut quand même ménager ses pieds pour éviter qu’ils dégagent une odeur nauséabonde de couloir de métro un soir de la Fête de la Musique, en optant pour une paire de baskets basses.

Et du côté de chez Nike, les Cortez noires en nylon et cuir et les Big Nike Low « Rock N Roll » devraient satisfaire pas mal de monde, chacune dans son style. Avec leur côté SB, les Big Nike blanches et grises sont assez simples et devraient bien se marier avec un bermuda, ce qui en fait une alternative intéressante aux Dunk Low, qui arborent rarement des coloris classiques.

Quant aux Cortez, paire culte chez pas mal d’entre nous malgré l’avant qui se déchire plus vite qu’une feuille morte à cause de leur semelle en gomme, inutile d’essayer de vous convaincre, le modèle parle de lui même. En short ou en jeans, et même en short en jeans, la Cortez est une valeur sure de l’été. Sauf si vous remontez votre chaussette jusqu’au mollet.

Pour voir plus de photos des Cortez et des Big Nike Low, vous pouvez cliquer et (suite…)

Read Full Post »

Ultra prolifique en 2009 puis relativement discret depuis quelques mois, Kaws revient sur tous les blogs avec un nouveau toy, qui ne devrait pourtant pas faire l’unanimité. Son Companion Dissected fétiche est donc encore une fois décliné en un set complet (100% – 400% – 1000%) de Be@rbrick par Medicom, avec une version toute grise (en attendant la future version noire / multicolore).

Si l’on met de côté l’aura qui enveloppe chaque sortie d’un gros toy de Kaws, le set n’est pas particulièrement beau, et il est même franchement moins réussi que le précédent. En tout cas, ça va être un bon indicateur pour voir l’état de santé du marché du designer toy, en fonction du nombres de minutes écoulées avant que le set soit sold out, et de son prix de revente sur ebay.

Read Full Post »

Parce qu’avec un petit blouson ou un gros gilet en laine, on peut pas se permettre de mettre n’importe quelles baskets, les Nike Air Royal Mid s’avèrent être une paire idéale pour être au top en hiver, et éviter que le daim des Jordan prenne la pluie.

Après les modèles en vinyle noir ou blanc, et les versions toutes en cuir noires ou marrons avec des lacets type Timberland, c’est au tour des blanches et grises d’atterrir sur les présentoirs de la boutique d’à côté. Et donc dans votre armoire d’ici peu.

Dispo ici pour environ 100 euros

Read Full Post »

Older Posts »