Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘culte’

C’est l’été, ya ceux qui partent, et ceux qui partent pas comme dirait Beufa. Pour ceux qui partent, saluez Banksy pour moi et pour ceux qui partent pas, il fait trop chaud pour rester toute la journée à chercher des photos de dingues sur Internet, alors rechargez la batterie de votre Reflex numérique et sortez réaliser vos propres photos pour alimenter votre blog ou vos discussions du samedi soir autour d’une bière. Et si vous ne savez pas par où commencer et que vous êtes dégouté d’avoir raté Dran à la Galerie Bailly, voici 5 expositions que vous auriez déjà dû voir.

bob l eponge expo

5. Bob l’Eponge @ Pavillon de l’Eau. Parce que Bob est un héros culte des années 2000, que c’est recommandé par Geek&Girly et son geekyboy (merci à elle pour la photo au passage), que ça reprend des toiles de maîtres façon Bikini Bottom et surtout, parce que c’est gratuit. Et d’un point de vue personnel, parce que le badge « Yellow is the new Black » n’est pas en vente et qu’il n’est exposé que là bas. Fuck.

cartier l atlas

4. Né dans la Rue @ Fondation Cartier. Parce que les oeuvres de L’Atlas, JonOne et Seen sont simplement monstrueuses, que ça fait toujours plaisir de voir des tags grands formats en plein air sans avoir peur de se faire percuter par un métro, qu’une rétrospective est toujours intéressante (même pour critiquer les choix), et surtout, parce que la phrase « Né dans la Rue à la Fondation Cartier » est vraiment marrante.

expo-vraoum-maison-rouge

3. Vraoum! @ La Maison Rouge. Parce que ça présente plus de 200 planches originales et rares de bande dessinée et 50 oeuvres d’Art contemporain, que c’est moins loin et plus ouvert que le Musée de la BD en Belgique, que ça met en avant les oeuvres qui ont inspiré Murakami ou Erro, et surtout, parce que ça explique le poids qu’ont eu des personnages cultes comme Tintin, Superman, Astro Boy, Mickey, Astérix et Yellow Kid. Sisi je vous assure.

expo kandinsky au centre pompidou

2. Kandinsky @ Centre Pompidou. Parce que ses oeuvres ont une valeur inestimable, que c’est plus simple que d’aller au Musée Guggenheim à New-York, que ça termine bientôt, et surtout, parce qu’il figure surement dans la liste des artistes préférés de votre artiste préféré.

jr stages perrotin

1. Stages @ Galerie Perrotin. Parce que rien à foutre de Lance Armstrong mais sa fondation LiveStrong est soutenue par Nike dans la lutte contre le cancer, que des oeuvres de Kaws, Hirst, Murakami, Shepard Fairey ou encore JR (photo G&G) ont été réalisées spécialement pour l’occasion, qu’ils étaient tous présents lors de l’arrivée du Tour de France (sans les bobs Ricard), que celle là aussi se termine dans vraiment pas longtemps, et surtout, parce que pour une fois qu’une expo aussi lourde commence à Paris avant de parcourir le monde, ça serait con de passer à côté.

Read Full Post »

Plus de 25 ans après le premier volet, qui avait traumatisé toute une génération de geeks avec notamment sa course de motos futuristes, ses duels de disques mortels et ses décors en néons bleus, « Tron Legacy » a la lourde tâche de succéder à un film mythique.

Jeff Bridges reprendra donc son rôle de Kevin Flynn, programmeur surdoué qui s’était fait dématérialiser par un laser le transportant au coeur même d’un ordinateur (oui à l’époque, on ne savait pas ce qu’était un mail et on avait peur des disques durs parce qu’ils allaient contrôler le monde -pas faux en même temps), et laissera exploser son charisme retrouvé depuis Iron Man courant 2010, et en 3D siouplé.

Entre nous, je m’attends au pire après avoir regardé le trailer. Pour avoir revu Tron récemment, le film a très, très mal vieilli, et entre Terminator, Matrix et Traque sur Internet (Sandra Bullock représente), la question des machines et des programmes méchants qui veulent dominer le monde a largement été pliée dans tous les sens. Et je doute qu’un fim Disney ne reste pas accessible et grand public, et pousse la peur des programmes à son paroxysme.

Read Full Post »

Les jeux vidéos sur l’univers de Dragon Ball se suivent et se ressemblent, et la seule différence avec les bons vieux opus sur lesquels on se faisait des cloques pendant des heures sur Super Nintendo concerne les graphismes et le nombre de personnages jouables (dans le meilleur cas).

S’inspirant du succès du jeu « Naruto: Rise of a Ninja », Bandai et Namco proposent avec « Dragon Ball – Revenge of King Piccolo« sur Wii de revenir aux origines de la série, là où tout a commencé. A l’époque où Son Goku ne maîtrisait pas la danse de l’air et utilisait le nuage supersonique, où il combattait l’Armée du Ruban Rouge en devenant pote avec Frankie, où il sauvait le père d’Upa en bas de la Tour Karin, où Bulma avait des seins bourgeonnants et pas de boules, où Pilaf était déjà ridicule face à un Piccolo Senior qui incarnait le Mal absolu, et où Yamcha était encore pas trop mauvais avec sa Technique du Loup.

En bref, à la période qui a fait qu’aujourd’hui encore, on aime les mangas et qu’on ne veut pas grandir parce que les 7 boules de cristal, ça n’existe pas dans la vraie vie.

Read Full Post »

jordan-vi-black

Les rééditions s’enchaînent et les fusions continuent de pleuvoir, avec un intérêt plus ou moins important. Mais l’annonce du jour va faire convulser les vrais sneakerhead, ceux qui achètent 3 exemplaires d’une même paire et qui attendent impatiemment la sortie de la Jordan VI, modèle porté par Michael Jordan lors de son premier titre NBA, et prévu pour janvier 2010. Avec une seule réédition depuis leur sortie officielle il y a presque 20 ans, il va falloir jouer très serré pour pouvoir mettre les pieds dans les VI. Mais être frais dans des J’s neuves, ça n’a pas de prix.

Read Full Post »

nanarland

Depuis que j’ai la TNT, je redécouvre avec joie des films et téléfilms tellement nuls qu’ils en deviennent cultes, communément regroupés sous l’appellation « nanars« . Si vous êtes comme moi et que vous chérissez ces oeuvres inestimables, filez donc sur le merveilleux site Nanarland qui répertorie, chronique et met à disposition des extraits des plus grands navets de l’histoire du cinéma et de la télé.

Doublage catastrophique, acteurs infâmes, effets spéciaux réalisés avec du carton pâte: de grands moments à savourer sans modération, avec une mention spéciale pour Jaguar Force, qui a l’air simplement magique. Allez, je retourne voir la fin des Gaous. Un autre grand moment du cinéma français.

Read Full Post »

« Newer Posts