Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘cartouche’

Avant de se défoncer à coup de headshots via le Xbox Live sur Halo ou Call of Duty, il y a eu toutes ces heures passées sur GoldenEye. Entassés à 4 autour d’un écran cathodique, chacun avec une manette de Nintendo 64 de couleur différente, à crier à son fidèle co-équipier que la zone est « clear », que tu sois dans la jungle, au coeur d’un temple ou sur une antenne satellite. Les fils s’emmêlaient, on avait pas de casque micro, il faisait rapidement 45° dans la pièce et la mauvaise foi commençait avant même qu’on ait soufflé dans la cartouche pour être sûr qu’elle ne buggera pas. C’était l’époque où il fallait se déplacer chez son pote pour jouer à plusieurs, sans oublier d’emmener sa propre manette et une bouteille d’Oasis, paquet de chips en option. Le temps où Rare nous faisait encore rêver avec Killer Instinct et Donkey Kong Country, en attendant Banjo-Kazooie. Un âge d’or auquel nous pouvons désormais rendre hommage comme il se doit sur Wii, une manette dorée en main. Prépare toi à le payer de ta vie, Janus.

Publicités

Read Full Post »

242 étoiles, 40h de jeu, des centaines de champignons verts cramés, un message de félicitations de la part des développeurs, un titre de Virtuose Intergalactique de la plate-forme. Certainement le Mario le plus difficile auquel j’ai joué malgré la maniabilité ultra précise et instinctive, du genre à te retenir en otage devant ton écran jusqu’à avoir les yeux brûlés par les pixels du nez de Yoshi et à te faire sangloter de joie une fois cet enfoiré de dernier Frère Boomerang terrassé. Et pourtant, je suis ce qu’on appelle communément un squatteur, un soudeur, un acharné, enfin vous voyez le truc, le genre à ne m’arrêter qu’une fois les boutons de la manette cassés à force de les enfoncer comme un forcené.

Ca doit dater de l’époque où j’avais droit à un nouveau jeu tous les 6 mois si j’étais gentil, alors j’essorais chaque niveau jusqu’à tout connaître par coeur, inlassablement, avec toujours le même intérêt (oui, on est fou quand on est petit). 96 – une étoile à Mario World, les bocaux, la cape et la canne de Byrna à Zelda III, 1000G à LEGO Batman, les quarts de coeur, les mondes cachés, les raccourcis à Mario Kart, les persos à débloquer dans Street Fighter, les oeufs à Resident Evil… La satisfaction d’avoir fini un jeu à 100% est un moteur qui ne cale jamais, et te permet de finir God of War PSP en une seule nuit blanche (oui, on continue d’être fou quand on est plus vieux). Et inexorablement, au plus la difficulté est élevée, au plus tu t’entêtes, et au plus la fierté finale est grande.

Le pire, c’est que ça devient limite une corvée à force, comme des devoirs à terminer, impossible de passer à autre chose avec le goût d’inachevé, une bonne sauvegarde est une sauvegarde pleine. Tant de jeux à finir, de DVDs à regarder, de livres à lire, de sites à parcourir et si peu de temps, je vais finir par militer pour la journée de 35h. Encore plus s’ils continuent de sortir des jeux que tu ne lâches pas même une fois terminé dans tous les sens, et que je préfère encore garder sous plastique de peur d’être absorbé dans un gouffre sans fond. Ils ont raison quand ils disent que GTA ou Halo sont une drogue, mais ils se trompent sur un point: les gens qui jouent beaucoup aux jeux vidéos ne deviennent pas violents une fois leur console éteinte. Ils sont trop fatigués pour ça.

Read Full Post »

Alors que Sony s’apprête à dévoiler officiellement son projet baptisé « PlayStation » l’année prochaine et espère bien gratter les miettes laissées par les deux géants (bon courage les gars, parce que pour moi c’est perdu d’avance face à la 32X), Nintendo et Sega continuent leur lutte fratricide à coup de hits toujours plus fun à jouer. Et comme on a pas tous la chance de pouvoir donner 450 francs par cartouche et de jouer à tout ce qui sort (même si on aimerait bien), il va falloir faire des choix. Alors, en 1993, vous allez jouer à quoi?

(suite…)

Read Full Post »

approuve yellow kid megadrive

Après des discussions passionnées sur la belle époque des 16bits, j’ai décidé de sauter le pas (bon, j’avais décidé plus tôt que ça mais elle était pas dispo) et d’acheter une réédition de la Megadrive. Certes, le design diffère de l’originale (plus légère, très petite, manettes sans fils), mais le plaisir de se brûler les yeux à cause des pixels déformés par l’écran 16:9 sur Sonic & Knuckles, Kid Chameleon, Streets of Rage ou Altered Beast efface tout. Ou peut être bien qu’en fait, je pleurais parce que la frustration de mes 10 ans avait enfin disparu.

Dispo ici pour 29,90 euros (l’équipe du site est super cool en plus)

Read Full Post »