Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘blog’

A chaque fois on a droit à une image prise dans un obscur atelier et volontairement cadrée à l’arrache où on voit rien, et cette photo tourne pendant des mois sur tous les blogs et on fantasme comme des imbéciles devant ce qu’on pense parvenir à imaginer. Comme si à partir d’un zoom sur un lacet blanc qui rentre dans un rivet gris on allait arriver à deviner la forme des nouvelles Jordans, ou qu’on savait exactement à quoi va ressembler le Titi x Kaws parce qu’on a entrevu une croix rouge sur une forme noire.

Mais comme j’ai remarqué que tous les gros blogs aimaient abuser de cette technique super frustrante, pour une fois que j’ai l’occasion de pouvoir le faire moi aussi, je vais pas m’en priver. Et même si j’ai presque l’impression d’être super hype en postant cette preview du Qee Yellow Kid x Le Truk (Ô joie), j’hésite quand même à pousser le vice jusqu’au « Coming soon!! » traditionnel, c’est trop pour moi je crois.

Toy « Yellow Kid » limited edition, coming soon!!

Bon, ben c’était pas si dur finalement.

Read Full Post »

Et pour rester dans le ton, j’avoue que je suis vraiment jaloux. J’ai l’impression d’être le seul connard à encore se trimballer un thème gratuit tout pété de WordPress, de rester celui pour qui la refonte est un concept encore abstrait et inaccessible. Mais bon, comme les Haterz sont bons dans leur délire et qu’ils ont vraiment bien taffé sur le site, je mets ma jalousie de côté et je leur rends hommage toute cette semaine avec un header customisé aux couleurs de leur équipe.

Et si vous pensez que je suis super philanthrope, et que cette association est surprenante étant donné que j’ai refusé 95% des propositions qu’on m’a faites jusqu’à présent, attendez de voir le toy ultra collector Yellow Kid qu’est en train de réaliser Le Truk, dessinateur du crew. J’en ai la larme à l’oeil.

Pour accéder au nouveau site Haterz, cliquez ici (et il paraît même qu’il y a des pages cachées sur le site, mais je dis ça je dis rien)

Read Full Post »

Les plus observateurs d’entre vous l’auront remarqué, hier, je n’ai rien posté. Mais pourquoi me direz vous? (et même si vous vous en foutez demandez moi, mon édito tombe à plat sinon). Tout simplement parce que je n’ai eu ni le temps, ni l’envie. Je pourrais vous sortir une feinte, prétendre que le chien a mangé mon clavier, que je sors de 24h de garde à vue parce que j’ai hébergé une blédarde clandestine que j’observais pour un futur post, ou que je ne peux pas sortir de mon lit, j’ai le palu. Je pourrais aussi prétexter que j’ai préféré m’abstenir plutôt que de faire encore plus de remplissage qu’à mon habitude avec des canulars pourris type « J’ai un lien zshare pour Detox », « Je suis racheté par TMZ », « J’adore la nouvelle collection Miskeen » ou « En fait j’avoue: j’ai 4 mecs qui bloguent à ma place ». Mais tout ça, ce serait noyer le poisson plutôt que de l’accrocher dans le dos.

Pourquoi je n’ai pas eu le temps? Officiellement parce que mes activités parallèles se sont emballées ces derniers jours. Officieusement, parce que j’ai finalisé un projet secret (j’ai l’impression d’être Ty Pennington, les vrais savent) qui trainait depuis quelques temps. Pourquoi je n’ai pas eu l’envie? Parce qu’à force de ne dormir que 3 à 4h par nuit, vient le moment où on ressent le contre-coup. Non, je ne me suis pas rendormi en public, même si j’admets avoir somnolé et divagué pendant qu’une demoiselle me parlait, avant d’être réveillé en sursaut par la crainte d’avoir lâché des dossiers atomiques au milieu de mes élucubrations. Non, j’ai tout simplement eu le syndrome du fichier word blanc, la panne d’inspiration, sauf que cette panne là ne donne pas de sourire coquin à ta passagère. Et s’il y a bien une leçon que j’ai retenu des pannes, c’est que ça ne sert à rien de s’entêter et de s’enliser jusqu’à en arriver au fameux et pathétique « Je comprends pas, c’est la première fois que ça m’arrive ».

Alors plutôt qu’on se retrouve tous face à face à nos écrans, le regard gené à cause du silence pesant, attendant un post potable pour rebondir instantanément et remonter dans le train de l’humour et de la déconade à plein tubes, j’ai choisi de ne pas me connecter à WordPress, même pas sur BlackBerry. Et vous savez quoi? Je me suis souvenu qu’il y a des fenêtres ailleurs que dans mon navigateur web, et qu’il y a même un monde derrière elles.

Read Full Post »

Nous sommes le 31 décembre 1999 et dans 10 minutes, il sera minuit. 600 secondes et mon enfance sera enterrée avec les restes du siècle dernier. Les experts disent que tout va planter, qu’il va y avoir un bug énorme, peut être même la fin du monde, mais les experts regardent trop les films de Cameron je crois. On nous bassine avec les années 2000 depuis les années 80, on a eu le temps d’espérer les voitures qui volent, les repas constitués d’une pilule bleue et d’une rouge, les jeux vidéos qui reproduisent tes mouvements, les skates sans roues, le futur quoi. Alors à moins qu’une métamorphose subite et radicale intervienne lors des 12 coups qui vont pas tarder à résonner, je crois qu’on peut dire qu’on s’est fait violemment entuber. Qu’est ce qu’on attend pour se rebeller et exiger ce qu’on nous a promis alors? Mouais… en fait j’ai un peu la flemme là, mais promis je m’y mets la semaine prochaine.

(suite…)

Read Full Post »

1 an. Merde. En fait je mens, ça fait 1 an et un jour, mais j’ai pas pu fêter l’anniversaire hier, trop occupé que j’étais à vomir mes entrailles (ambiance gueule de bois sans la fête qui va avant). Je vous explique une minute avant de revenir au cours normal du post, ça en vaut la peine même si c’est pas très glamour. Allez savoir si c’est un mélange de gastro et d’intoxication alimentaire, ou une surconsommation de « Moundir l’Aventurier de l’Amour », mais j’ai passé mon mercredi soir déguisé en tueur de Scream: tout blanc, les traits tirés et les yeux qui pleurent, hurlant « bweuuuuuh » à tout va et demandant à ma cuvette quel est son film d’horreur préféré (évidemment, c’était ma gueule à ce moment précis). Je vous jure, j’ouvrais les yeux toutes les heures, et j’avais perdu 10% de ma masse corporelle à chaque fois. Plus fort qu’un sportif pendant les JO de Vancouver, j’ai donné tout ce que j’avais dans le ventre. 3,5kg en un soir, plus efficace que la phase 1 du régime Dukan. Enfin bref. 1 an. Merde.

(suite…)

Read Full Post »

Parce que j’en avais marre d’avoir des photos avec un voile et une qualité infâme (qui me donnait l’impression de vous manquer de respect), parce que c’est la première étape d’un travail de fond sur la forme du blog, parce que filmer en HD ça défonce bordel, parce que j’avais envie de lancer une nouvelle catégorie « 7 jours, 7 photos », parce que j’avais besoin de sombrer dans une nouvelle drogue et parce que le monde est plus beau à travers la lentille d’un Reflex, j’ai enfin acheté un Canon EOS 500D.

Read Full Post »

Encore galvanisée par le succès du Top 100, l’équipe de l’Abcdr a pris son courage à deux mains et a fait sonner le Blackberry de Booba, histoire de receuillir ses impressions sur le classement en direct de Miami Beach.

Fidèle à lui même, le DUC reste cainri jusqu’au bout des tatouages, entre détachement calculé et exercice de communication abordé comme l’écriture d’un couplet. Les punchlines pleuvent, les anecdotes et les réponses improbables aussi (« – Mais si, t’es sur le morceau Le Guidon. – Ah ouais ? Je ne m’en souviens pas alors »), et l’interview tend rapidement vers la discussion entre potes qui refont le monde un samedi à 2h du mat’ autour d’une pizza.

Reste que Booba est lucide, conscient du jeu et de ses règles, et regarde le rap français non pas de haut mais de loin, comme un employé surdoué qui aurait compris depuis le début ce que ses clients attendent de lui. Même si on peut parfois déceler une pointe de tristesse et de regrets, voire d’incompréhension par rapport à un public français schyzophrène. Mais bon, après tout, il l’a dit lui même: il rêve et il accomplit, même s’il crève incompris.

Pour lire l’interview de Booba par l’Abcdr, cliquez ici. Et est ce que quelqu’un confime le commentaire disant que Fabe est devenu imam?

Read Full Post »

Il paraît qu’on mesure ton niveau de popularité au nombre de tes ennemis. Et malheureusement, certains prennent cette idée un peu trop à la lettre. Je veux bien qu’on ne fasse pas l’unanimité, que les goûts et les couleurs ne se discutent pas et qu’une critique argumentée soit plus constructive et apporte plus qu’un compliment insipide, mais il faut arrêter de penser qu’être la cible de la bile déversée par le monde entier, c’est cool. Parce que vous avez beau clamer le contraire dans vos posts au torse gonflé, derrière chaque blog de chroniqueur caustique et d’impitoyable assassin lyrical se cache une personne humaine, une vraie. IRL. Et on a beau être solide et préparé parce que l’on sait où l’on met les pieds, se prendre des claques toutes les deux visites, au bout d’un moment ça commence à piquer (demandez aux Jacksons 5 si vous ne me croyez pas). Alors sortons de cette croyance populaire qui prétend que souffrir c’est bien, que ça crédibilise, et que réussir sans être critiqué c’est louche. Je sais pas quoi, un mec avec uniquement des crachats sur sa veste, moi ça ne m’inspire aucune admiration.

D’autant plus si en fait, vos ennemis sont fictifs. Et je dis ça parce que ces derniers temps, je tombe sur un bon nombre de magazines (bien souvent gratuits d’ailleurs, je ne sais pas s’il y a un rapport) et de blogs où les articles et éditos ressassent la même rengaine, si chère à ceux qui cherchent à se donner de la contenance autrement qu’en tenant un verre de champagne pendant qu’ils débattent sur le dernier Beigbeder dans une soirée privée. « Ouais, on continue de le prouver aux jaloux, on est encore là, vous nous copiez et vous essayez de nous descendre mais on tient, on partira pas parce qu’on déchire grave, merci à ceux qui nous soutiennent et même aux autres, votre haine nous pousse à faire mieux ». Ambiance générateur automatique de phases nazes et de refrains fatigués. Parce que je te rassure tout de suite: tout le monde se fout de ce que tu écris, tu peux souffler. Donc n’essaie pas de nous faire croire que des gens t’attendent en bas de chez toi pour te jeter des tomates, que tu reçois des mails incendiaires tous les jours et que ta rubrique « commentaires » est citée en exemple dans Wikipédia au mot « Lynchage ». On ne te croit pas, il te faut plus de monde. Et quand bien même tu cristalliserais un certain nombre de critiques et que cette rage serait le carburant sans plomb de ta motivation, comme on dit, on gagne plus de victoires lorsqu’on lutte pour, que lorsqu’on lutte contre quelque chose.

Read Full Post »

edito-fin-semaine-yellow

Il paraît qu’aujourd’hui, c’est la Journée de la Gentillesse. Ou plutôt la Journée des Faux Culs comme le souligne le crew Haterz, qui vise juste en rappelant que les personnalités préférées des Français sont bien souvent des Enfoirés. Et ne croyez pas que je m’exclus du lot. C’est vrai quoi, franchement, on est tous pareil: ya un moment où on serre les dents, où on ravale sa bonne vanne bien caustique et où on sourit poliment pour ne pas enterrer vivant la cause de votre bouffée de chaleur. Pourquoi? Qu’est ce qui nous retient? Rien, c’est vrai. Alors j’emmerde les gens. Comme ça, gratuitement. Pour le buzz, pour vexer ceux qui vont le prendre pour eux, pour faire rire ceux qui ne se sentent pas concernés, pour péter un coup quand je me trouve trop coincé, pour intriguer ceux qui ne me connaissent pas. Par méchanceté gratuite, et parce qu’on a beau dire qu’on est des cramés et qu’on en a rien à foutre, s’il faut clasher on y va sans hésiter, ben au final on se tait. Pas comme des peureux ou des lâches, juste comme des êtres civilisés, du genre de celui terré au fond de nous qui nous empêche d’asséner des vérités qui font mal comme une droite de Tyson à un paparazzi. Des vérités crues comme du sashimi avarié. Remballe ta vie à deux balles, ton blog à deux balles, tes goûts et ton écriture à deux balles. Et estime toi heureux de tout ce que je déballe. Qu’on se connaisse ou pas d’ailleurs. Et surtout si on se connaît en fait, parce que je tempère le Morsay de mon subconscient qui rêve de grignoter ton arrogance. Aujourd’hui, c’est happy hour pendant 24 heures. Bonne Fête de la Gentillesse à tous.

Read Full Post »

statistiques-blog-200k-yellow-kid

Bon je vais pas vous refaire le coup des remerciements toutes les 100 000 visites supplémentaires, vous savez déjà ce que je pense. Par contre, je vais juste vous expliquer avec une démonstration simple comment 200 000 visiteurs sont arrivés sur mes terres numériques. Et comme un mot ne dit rien, mais dit tout en même temps, voici certains des termes utilisés par les internautes dans les moteurs de recherche pour trouver mon blog. Pas de correction ni de modification, les mots et expressions sont postés tels quels. Et si vous avez une explication valable pour certains, je suis preneur.

yellow kid x tc 200k

Et un grand merci à TC (son MySpace est ici) pour le gâteau Yellow Kid créé pour l’occasion!

(suite…)

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »