Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘arrière’

Enfin. Le silence. Apaisant. Puis un râle, suivi d’un autre, encore un nouveau, de plus en plus nombreux et violents. Le corps se crispe et s’agite, la ceinture se tend et frôle la rupture. Les pieds tentent d’escalader un escalier imaginaire, tandis que les mains s’efforcent de ne pas succomber à un dernier réflexe humain. L’air envahit ses poumons, la chaise en plastique transparent se redresse et se glisse sous la semelle en cuir, la corde de fortune se relâche et il se tient droit, au milieu du salon mais l’esprit déjà ailleurs. La boucle libère le cou puis passe entre les poutres métalliques et les spots de lumière, avant de s’enrouler autour de sa taille. La chaise rejoint ses soeurs autour de la table à manger, les volets électriques s’ouvrent, les documents administratifs désertent le meuble dans l’entrée et retournent se cacher dans le coffre de la chambre à coucher. L’encre du stylo s’efface, en même temps que le message, très bref. Après tout, peu importe la raison. Il crache le whisky dans le verre aux bords anguleux, rebouche la bouteille et la dépose dans le bar, au milieu des autres alcools, fidèles compagnons dans ce dernier voyage. Et il reste assis. Immobile. Des heures durant. L’aiguille s’enlise, passe du 23 au 19 à une vitesse folle, ralentit au 16, se bloque à 14 puis redémarre, avant de se figer définitivement peu après le 11. Son esprit se remplit à nouveau, brutalement, les mots se bousculent, cognent sous son crâne, les larmes l’étranglent puis emplissent ses yeux, déjà secs. Le combiné se précipite dans sa main, la tonalité résonne dans son ventre, encéphalogramme numérique plat qui laisse la place à des phrases confuses, brouhaha difforme qui transperce son tympan. La voix est calme, précise, presque réconfortante, rendant la nouvelle d’autant plus claire. A croire que les policiers reçoivent des formations spécifiques pour annoncer à un homme qu’à cause d’un stupide accident, il vient de perdre son fils, sa fille et la mère de ses enfants. Il raccroche le téléphone, prévient une nouvelle fois qu’il arrive, pas la peine de s’affoler, il nettoie ses mains sur le tablier attaché autour de ses hanches puis les replonge dans le saladier de chocolat brisé en morceaux. Les sachets recyclables se remplissent, papier doré, deux bougies Mickey, des assiettes en carton jaunes et des gobelets en plastique vert pour ses camarades de classe, tout y est. Son pied percute le ballon qui traine depuis hier soir. Il sourit. Aujourd’hui va être une belle journée.

Read Full Post »

J’ai toujours eu un rapport conflictuel avec les deux roues. Le seul souvenir à vélo que j’ai, c’est la fois où je me suis brisé la nuque en faisant un salto avec mon Shimano 6 vitesses jaune et vert fluo. A l’époque on risquait notre vie chaque mercredi après midi en descendant celle que l’on appelait « La pente de la mort ». Rien que ça. Plus de 500 mètres de goudron oblique, qui s’achevaient avec un dos d’âne et un virage où il aura fallu attendre 20 accidents avant qu’ils placent un miroir permettant de voir qui arrivait en face. Parfois avec le vent dans le dos et en pédalant à fond, on atteignait les 42km/h, le compteur à piles accroché au guidon faisant foi. Ce jour là je n’étais pas particulièrement rapide, pour ne pas dire super lent. Le vent ne m’arrachait pas de larme, je n’avais pas l’impression d’être à bord du Millenium Falcon, et pourtant j’ai eu un réflexe débile, celui qui n’arrive qu’une fois dans ta vie parce que tu retiens immédiatement la leçon: j’ai freiné avec le frein avant uniquement. Le temps que je réalise, mon corps avait fait un tour et demi en l’air, comme un bonhomme de babyfoot, et je me suis planté dans le sol la tête la première, en imitant Dhalsim qui rate son coup. En tout cas moi, j’ai pas raté mon cou, qui a fait un drôle de bruit au contact du bitume, bruit que j’ai vite oublié lorsqu’une bosse énorme a poussé sur ma tête comme un pop up.

(suite…)

Read Full Post »

cheveux casquette

On a tous eu une coupe improbable qu’on assume un peu plus maintenant que l’excuse de l’enfance peut être invoquée, du type plateau, traits dans la coupe ou mèche blonde en forme de swoosh Nike (quoique j’étais peut être le seul en fait). Mais en matière de coiffure incroyable, personne ne peut rivaliser avec les cheveux-casquette de ce japonais renoi (enfin, je sais même pas s’il est japonais, mais c’est la seule explication que j’ai pu trouver pour justifier sa folie).

C’est dans ces moments là que j’aimerai parler la langue officielle nippone, pour comprendre les détails d’entretien de cette frange digne des meilleures planches à repasser, et pour pouvoir lui demander s’il a déjà pensé à se tailler une casquette à l’envers.

Read Full Post »

La vidéo ouf de la semaine! Legz n’a pas de jambes (d’où son blaze) à cause d’une anomalie congénitale qui l’a forcé à se faire amputer à l’âge de 2 ans, mais ça ne l’empêche pas de faire des tricks de malade lorsqu’il est sur son quad. Deux gaines en métal placées sur ses moignons lui permettent de courir derrière son engin, de faire des flips dans l’herbe, des planches sur le guidon et des saltos sur la selle. Extraordinaire. J’espère juste que ça ne va pas donner de mauvaises idées à un certain handicapé que je connais, qui se briserait la nuque instantanément s’il tentait la même chose sur son quad.

Read Full Post »