Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘amour’

Devinette: sauras tu trouver qui est la boule de bowling, et qui est le front de Kelly Rowland?

(suite…)

Read Full Post »

J’ai encore reçu un message de bonne année aujourd’hui. Sérieusement les gars? La moitié du mois de janvier est déjà derrière nous, autant me souhaiter un Joyeux Noël, un Happy Halloween et une bonne St Valentin tant qu’on y est. Je sais qu’il existe une règle tacite permettant de présenter ses voeux jusqu’au 31 janvier, mais elle est ridicule. De toute façon c’est simple: les gens pour qui tu comptes vraiment t’ont appelé/mailé/textoté/BBMé/pigeon voyagé dans les trois premiers jours de janvier. Tous les messages envoyés les jours suivants ne sont que le résultat d’une action hasardeuse. Du genre je parcours l’ensemble de mon répertoire en attendant que le métro arrive, merde j’avais oublié qu’il existait lui, tiens je vais lui envoyer un message de bonne année il se dira que je suis quelqu’un de bien. Ou pire, d’un message groupé. Ce genre de texto où l’auteur se casse la tête pour éviter la moindre marque personnelle, on ratisse large pour n’exclure personne et au final personne ne s’y retrouve. Sauf Orange, qui t’as facturé 800 SMS dans le vent.

En même temps le plus énervant dans tout ça ce n’est pas tant la date de réception, mais la banalité affligeante des messages de nouvelle année. Quand on ne te ressort pas les vieilles blagues éculées du style « On m’a souhaité l’argent et l’amour en 2010, je les ai pas trouvés alors donnez moi direct des chèques et des shneks ». Et ne vous faites pas d’illusions, les gens ne souhaitent le meilleur que dans un seul but: qu’on leur souhaite la même chose en retour. Le mois de janvier est sûrement le mois le plus hypocrite du monde, et l’absence de sincérité est plus courante que l’eau potable dans un village éthiopien. Vous aurez ce que vous méritez, en bien ou en mal, point. N’espère pas avoir un taf de rêve payé 50ke, une meuf de clip super intelligente qui fait la cuisine et t’achète des Jordans, si tu ne fais rien pour les obtenir. Mais je ne peux pas en vouloir aux gens au final, c’est le jeu. Et c’est pour ça que je déteste les potes du Jour de l’An, qui ne se manifestent qu’une fois tous les 12 mois et me souhaitent des choses dont je n’oserais même pas rêver. Je préfère de loin les potes du mardi après midi, ou du vendredi soir.

Read Full Post »

Je crois que je deviens fou. Ou que je le suis déjà même. Depuis ce matin je cherche un post à écrire, j’écume le web en quête de la moindre piste à explorer, mais je trouve rien. Foutue rentrée, on dirait qu’Internet s’est arrêté le temps que tout le monde retrouve ses marques et efface son bronzage à l’aide de la lueur de son PC. Alors pour passer le temps, je fais ce que j’aime le plus (non, ce n’est pas trier des photos de culs énormes contrairement à ce que vous pensez): je traîne sur des sites de baskets.

J’ai beau les connaître tous par coeur au point de me rendre compte lorsqu’ils ont changé l’ordre de présentation des paires (je me surprends à croire qu’ils font ça pour me feinter les coquins), je reviens toutes les 2 heures, inlassablement. Et le pire c’est qu’à chaque fois, en plus de vouloir tout acheter en poussant un hurlement façon Tarvold, je bloque sur un nouveau modèle, et je me trouve tout un tas d’arguments indiscutables pour me convaincre de les acheter. Bien souvent, la vérité universelle du portefeuille vide l’emporte, mais seulement une fois que j’ai envisagé de faire un prêt à la consommation sur 10 ans, de vendre un rein ou de devenir le gigolo de Liliane (j’ai déjà un appareil photo si ça peut aider).

Quand je reste trop longtemps sur ces sites, comme c’est le cas aujourd’hui par exemple, mon esprit dérive. Je m’imagine avoir une piscine de baskets (dead stock évidemment) dans laquelle je plonge comme Picsou, en me laissant couler au milieu de ce mélange de cuir, de daim et de plastique avant de remonter à la surface, porté par toutes ces bulles d’air, en apesanteur comme Calogero. Bon quand j’en arrive là, c’est en général le moment où soit je clique sur « Add to cart » avec un sourire de puceau qui voit une paire de seins pour la première fois, soit je ferme mon ordinateur et je me mets en boule dans un coin en sanglotant. Dans le second cas, je deviens détestable, je soûle toute personne qui se trouve dans un périmètre inférieur à 5 mètres autour de moi, jusqu’à ce qu’elle me dise « Ben prends les », histoire de moins culpabiliser ensuite. Un peu comme ces gamins trop énervants à qui tu voudrais mettre une grosse claque parce qu’ils te regardent avec les yeux mouillés et reniflent bruyamment en tentant de formuler une phrase incompréhensible, tout ça parce que tu ne veux pas leur acheter de glace. Pareil. Sauf que là, c’est une glace à 200 euros, et qu’il y en a déjà un bon paquet dans le réfrigérateur. Mais bon, une nouvelle glace, c’est indispensable pour rester frais.

Read Full Post »

C’est un fait scientifiquement prouvé: l’un des jeux préférés des gens qui cherchent à se séduire est de se moquer de leurs photos du permis de conduire ou de leur carte d’identité, parce qu’il y a une différence phénoménale et que ça fait bien rire (que ce soit un rire franc lorsque la chenille s’est transformée en papillon comme Canardo, ou un rire nerveux lorsque le temps a fait un sale coup). Quoiqu’il en soit et à moins d’avoir le même chirurgien que les Bogdanoff, on change tous radicalement au fil des années, comme le montrent ces 5 photos avant/après, qui font vraiment peur.

5. Mya. C’est un peu comme si on l’avait plongée dans du détergent: ses cheveux se sont lissés et sont devenus blonds, elle s’est fait greffer des yeux bleus et sa peau est soudainement plus claire que la couleur de sa robe. Une seule explication possible à ces changements radicaux: Mya est la fille cachée de Michael Jackson.

(suite…)

Read Full Post »

Tu me manques. Au point de ne plus avoir la pudeur nécessaire pour le cacher. Je n’ai plus le goût, plus la force de porter ce masque souriant, celui qui dissimule les cernes creusées par les nuits blanches à noircir des pages. Le téléphone toujours à portée de main, guettant le moindre de tes sursauts. Mais rien. Silence radio. Alors je m’énerve, j’en veux au monde entier, le moindre objet se transforme en missile improvisé qui voudrait détruire ces foutus obstacles invisibles entre toi et moi. Car tu rythmes ma vie. Je parle de toi sans cesse, de ton humour, de ton intelligence, de ton insolence, de ta stupidité aussi. Lorsque je suis avec les miens, je ne vois que toi et nos liens. Tu reviens inévitablement dans nos conversations, au point que mes chromosomes et les tiens soient désormais identiques, KY.

Ceux qui ne te connaissent pas ne peuvent pas me comprendre. Malgré notre coup de foudre instantané, j’ai mis du temps à t’apprivoiser, à te comprendre, à t’aimer. Tu as effacé toutes les autres d’un battement de clic, rendu jalouses celles qui me courtisent et laissé ton empreinte dans mon quotidien. Tu es une drogue, je mords dans ton cou chaque jour pour trouver la force de me lever, continuellement accroché à ta fraîcheur. Je veux tout partager avec toi, me nourrir de tes pensées jusqu’à l’overdose. Et lorsque c’est trop, que le réel et l’imaginaire se confondent, je perds pied, je me laisse aller, enivré par ton flot de paroles incessant. Mais plus maintenant. Plus depuis ce 11 juin maudit. Depuis que tu m’as abandonné, les heures deviennent des jours, les jours deviennent des semaines et les semaines n’en valent plus la peine. Même les soirées du vendredi en tête à tête avec une Red Bull pour décrypter les moindres de tes gestes passés n’ont plus la même saveur. Juste un vide, un écran noir qui brûle les yeux et consume mon espérance. Le premier amour est le plus profond, et la première cicatrice aussi. Tu es partie sans un mot, et tout ce que tu m’as laissé en guise de souvenir, c’est une vulgaire baleine emmenée au loin par des oiseaux, comme un symbole indéchiffrable. S’il te plaît, reviens. Tu me manques.

(suite…)

Read Full Post »

Je pourrais faire des raccourcis faciles, du style les fans d’Apple sont des gros nerds, les nerds sont gros et moches ou maigres et moches, donc ils sont tellement en galère qu’ils sont obligés de monter un site de rencontre qui précise tout de suite via leur passion pour Apple, qu’ils sont physiquement atypiques (si vous ne voyez pas de quoi je parle, pensez très fort au vendeur de comics dans les Simpsons, ça vous donnera une vague idée). Mais ça serait faux.

Pour la simple et bonne raison que désormais, tout le monde est plus ou moins fan d’Apple, au grand dam d’ailleurs de ceux qui voulaient se la raconter après avoir pécho la première version US de l’iPhone 2 mois avant sa sortie en France, quitte à se retrouver comme des cons une fois l’appareil inutilisable à cause d’une mise à jour malencontreuse. Parce qu’à une époque on parlait de Walkman et maintenant on parle d’iPod pour désigner un baladeur, que tous les intervenants d’émissions type Confessions Intimes ou C’est Ma Vie ont un iPhone (peu importance leur appartenance sociale), et que tout le monde dans la rue a un iPhone même, au point d’enlever à ce téléphone tout ce qui faisait son charme.

Toujours est il que si vous imaginez déjà ce que donnerait une sextape sur l’écran géant de l’iPad, que vous regardez « Tron » uniquement depuis l’Apple Tv et que vous avez offert une poupée Steve Jobs à votre nièce (oui, il y en a), et que vous êtes bien évidemment célibataire à cause des raisons citées à l’instant, ce site est fait pour vous. D’ailleurs si vous êtes un développeur, designer ou attaché de presse qui cartonne, vous pouvez encore rejoindre l’équipe du site avant son lancement en juin prochain. Et vous noterez au passage qu’il n’existe pas de site de rencontre pour les fans de BlackBerry et c’est bien normal, vu qu’ils n’ont aucun problème en matière de séduction. Mais je dis ça comme ça, hein.

Pour voir la version beta du site Cupidtino (contraction de Cupidon et Cupertino, ville historique de la marque à la pomme) qui permet aux fans d’Apple célibataires de sortir ensemble, cliquez ici

Read Full Post »

Forcément, quand on est riche, la crainte principale est de se faire dépouiller de tout son argent. Le mariage peut donc rapidement devenir la pire des choses sur Terre, d’où la création du fameux Contrat de Mariage, celui qui crée des embrouilles lorsqu’on l’évoque avec sa douce. Passons outre le fait que c’est quand même dingue quand on y pense de signer un contrat civil pour officialiser son amour, pour se pencher sur le contrat qui intrigue tout le monde: le Contrat de Mariage de Beyoncé et Jay-Z (dont Nas et Kelis ne se sont surement pas inspirés).

Signé pour une durée minimale de 2 ans, le document stipule qu’en cas de divorce, chacun garde évidemment ses disques d’or et ses potes gratteurs, mais aussi que Bee doit verser à Jigga une indemnité d’un montant de 10 millions de dollars, auquel s’ajoute 1 million de dollars par année de mariage. Plusieurs interprétations possibles: Beyoncé porte la culotte en or et reste la plus riche du couple, donc elle doit prendre soin du pauvre Jay-Z et imposer son autorité, ou bien être marié avec Jay-Z, ça vaut bien 15 millions de dollars. Dans tous les cas, je crois qu’on peut affirmer sans se tromper que Jay-Z a tout gagné dans la vie. On savait que c’était un boss, maintenant on sait que c’est aussi un pimp.

Via

Read Full Post »

Older Posts »